Les soldats perdus (suite) - Vidéo Ina.fr

Les soldats perdus (suite)

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Les soldats perdus (suite)

Caméra 2

video 08 juin 1987 907 vues 54min 26s

Reportage sur le sort d' anciens prisonniers soviétiques de l'armée de résistance afghane.En 1984, Christope de PONFILLY, à l'occasion d'un reportage sur le commandant MASSOUD, découvrait le sort des prisonniers russes en Afghanistan. Un an après, il repartait avec Victor LOUPAN pour enquêter sur ces hommes oubliés du monde et considérés comme des traitres par l'URSS. Ils avaient longuement filmé et interviewé Nicolas GOLOVINE et Igor KOVALCHUV, alors très affaiblis et qu'ils pensaient ne jamais revoir. De nombreux extraits de ces reportages résument la tragédie vécue par ces prisonniers. Les journalistes se souviennent des conditions de tournage. En 1985, la diffusion de ce reportage avait valu la réprobation de l'URSS et de l'agence Novosti. Coup de théatre : En novembre 1986, la télé canadienne difuse les images de Nicolas GOLOVINE et Igor KOVALCHUV, ainsi que cinq autres soldats déserteurs accueilis à Toronto. Images d'archives de la conférence de presse.En découvrant ces images, Victor LOUPAN et Christophe de PONFILLY décident de partir à la recherche des deux anciens prisonniers. C'est le début d'une longue enquête semée d'embûches. Nous suivons Victor LOUPAN dans ses démarches à Toronto pour retrouver Igor et Nicolas, dans ses moments de découragement ou de détermination. Images d'archives du représentant de l'ambassade d'URSS et de maître Serge JUSUP, l'avocat des deux russes, qui refuseront de s'entretenir avec lui.Une autre piste s'ouvre par le biais du journal local "The whig standard", situé à Kingstown au Canada, qui avait publié un article sur ces prisonniers oubliés en Afghanistan. Différents entretiens (traduction off) font avancer l'enquête :- Neil REYNOLDS, rédacteur du journal, se rappelle dans quelles circonstances ils ont décidé d'envoyer le journaliste David PROSER pou raconter l'histoire de ces prisonniers oubliés du monde. - David PROSER, qui a reçu le prix de meilleur reporter de l'année à la suite de cette histoire.- Michael DAVIS, propriétaire du journal : "Nous avons joué le rôle de catalyseur".Les retrouvailles émouvantes avec Igor et Nicolas ont finalement lieu à l'hotel de Victor LOUPAN. Ils racontent (traduction sous-titrée) la fin de leur détention, leur vie actuelle à Toronto, leurs espoirs. Le journaliste filme leurs réactions et leurs commentaires alors qu'ils visionnent le reportage tourné en Afghanistan en 1985 sur leur détention. Avant Igor et Nicolas, d'autres prisonniers soviétiques ont été accueillis en Occident. Les deux journalistes restituent les faits de deux de ces affaires : - L'AFFAIRE DE LONDRES :En juin 1984, deux ex-prisonniers soviétiques arrivaient à Londres. Cette affaire est racontée par Lord Nicolas BETHELL, député européen, qui a contribué à cette libération, et très affectée par les suites de cette histoire, et par Masha PHILIMORE, femme d'origine soviétique qui avait alors pris en charge les deux jeunes hommes. Elle se rappelle leur séjour chez elle, leur dépendance à la drogue et leur vulnérabilité ; c'est ainsi qu'ils se sont laissés amadouer par un agent soviétique et sont retournés en URSS. Le traitement réservé aux anciens prisonniers laisse peu d'espoir sur ce qu'ils sont devenus.- L'AFFAIRE DE LA CROIX ROUGE :Elle est raconté par l'ancien prisonnier russe Youri POVARNITSYN, qui a été libéré avec 6 autres prisonniers par la Croix-Rouge suisse. Il dénonce l'organisation internationale, pour avoir posé des conditions aux prisonniers, celle de leur restitution aux soviétiques. Soutenu par une famille suisse, Youri a toujours refusé de rentrer en URSS où selon lui, il serait emprisonné ou fusillé.La conclusion revient à Igor à propos de l'absurdité de cette guerre: "Pourquoi on fait la guerre aux afghans? (...)Combien des nôtres meureunt la bas?" (...) Pourquoi ce cauchemar?". Dernières images sur Victor LOUPAN au piano, chez des russe émigrés, avec Igor et Nicolas. Tous nourrissent le rêve de revenir un jour en URSS, chez eux.Ce reportage se compose d'images d'archives, d'inserts de presse, de photographies d'archives, d'images factuelles avec de nombreux extraits des reportages de 1984 et 1985, entrecoupés des témoignages des anciens prisonniers russes et des personnes les ayant aidés.

Émission

Caméra 2

Production

producteur ou co-producteur

Interscoop, Karen, Antenne 2

Générique

réalisateur

Nicole André

producteur

Michel Honorin
Jean Louis Saporito

journaliste

Christophe de Ponfilly
Victor Loupan

participant

Christophe de Ponfilly
Victor Loupan
Michael Davis

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!