Jacques Chirac - Vidéo Ina.fr

Jacques Chirac

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Jacques Chirac

L'heure de vérité

video 25 mars 1987 4520 vues 01h 29min 28s

Jacques CHIRAC est l'invité de L'Heure de vérité et répond aux questions d'Alain DUHAMEL, JEAN-François KAHN et Albert DU ROY. - Question de SVP sur le code de nationalité : CHIRAC parle du lobby des français d'Afrique du Nord. Selon lui, le problème est mal connu, la loi ancienne est démodée et doit être changée. - Alain DUHAMEL interroge CHIRAC sur la cohabitation : les institutions ont joué le jeu mais il y a dramatisation des situations par les médias. A propos des sondages assez défavorables à CHIRAC, celui-ci reconnaît qu'on ne peut ignorer les sondages mais ils sont partiels et limités. Quand on a engagé un redressement, il faut faire un effort et cela implique des mesures qui ne sont pas forcément agréables. CHIRAC parle ensuite des divergences qui apparaissent entre ses ministres, il explique que ces divergences ne sont pas importantes, que chaque ministre a forcément des vues plus marquées sur ce qui le concerne directement. CHIRAC nie que quelqu'un, en l'occurencee LEOTARD sur Europe 1, ait dit que la décision de censurer certaines revues "pornographiques" était une "faute politique" (mais à la fin de l'émission Albert DU ROY confirmera cette phrase). DUHAMEL passe ensuite au problème du chômage, CHIRAC donne quelques chiffres comparatifs entre la France et l'Allemagne qui montrent que l'Allemagne a aussi des problèmes. Il insiste aussi sur le fait qu'en 1986 on a créé plus d'emplois qu'on en a supprimés. Il s'avoue pessimiste quant à ce problème et rappelle que toute l'Europe a réduit son taux de croissance : "la crise mondiale n'est pas terminée, nous avons commis une erreur d'appréciation en 86, mais beaucoup pensaient comme nous". Il rappelle qu'un grand effort a été fait en France depuis 15 ans pour la formation professionnelle, mais que le système est encore inadapté. "Le redressement ne se fait pas en un an. Les entreprises doivent reconstituer leurs fonds propres" explique-t-il enfin. - SVP : a propos de la publicité sur l'alcool à la TV, CHIRAC rappelle qu'elle a été autorisée sur les chaînes privées et qu'il est logique que TF1 y ait droit. Il annonce un débat parlementaire à ce sujet. - JEAN-François KAHN remarque que la plupart des ministres de CHIRAC sont présents dans le public. CHIRAC se lance dans une tirade contre le précédent gouvernement et l'état dans lequel se trouvait la France en mars 86. Il insiste en particulier sur l'endettement considérable de l'Etat. A une question de KAHN sur la désindustrialisation de la France, CHIRAC avoue que la situation est préoccupante, mais les chiffres des investissements ont progressé, il va falloir essayer de diminuer les taux d'intérêt. KAHN l'interroge sur le retour à la confiance proné par la droite en mars 86 et qui devait favoriser le retour de la croissance : CHIRAC répond que l'Allemagne s'est redressée alors que tous les observateurs la disaient perdue. Sur les prochaines élections : "Une victoire de la gauche entrainerait la rupture de notre politique de redressement". - "Notre victoire pourrait être mise en cause par la désunion de la majorité. Je suis par vocation et par conviction le garant de la majorité". CHIRAC parle ensuite de l'audiovisuel, il précise qu'il n'a jamais critiqué la Haute-autorité quand elle était en place, même s'il y avait de quoi dire, car il faut respecter les institutions ; la CNCL a été créée régulièrement, ceux qui lui font un procès ont tort. Il réaffirme qu'il est pour le pluralisme, que la TV est libre et qu'en aucun cas il ne jouera de rôle dans ce domaine. A une réflexion de KAHN sur le pluralisme, CHIRAC répond que les deux groupes dont parle KAHN seront minuscules à l'échelle de l'Europe, or on a intérêt à avoir des groupes puissants par rapport aux autres groupes Européens comme les Allemands par exemple. Enfin, CHIRAC dit regretter la suppression de TV 6, il souhaite que soit créée une chaîne musicale sur le câble, encourager la chanson Française et donner une aide financière aux clips. - Albert DU ROY interroge CHIRAC sur les travaux du Grand Louvre et le déménagement du Ministère des Finances (la première tranche est terminée, la seconde sera étalée). CHIRAC parle à nouveau du chômage, et particulièrement des efforts faits par le gouvernement pour les jeunes chômeurs et les chômeurs en fin de droits. Il affirme qu'il n'a rien à reprocher aux entrepreneurs, mais que le but de sa politique est de les aider à retrouver des entreprises fortes. DU Roy lui demande ensuite à quoi va servir l'argent des privatisations : il servira d'abord à payer la dette de la France, puis à aider le secteur des travaux publics, de l'équipement, de l'habitat, des transports (TGV). Il confirme que la pression fiscale va diminuer sur les sociétés et les particuliers. A propos de la sécurité sociale, CHIRAC explique qu'il faut absolument faire quelque chose car les dépenses médicales augmentent trop et le déficit est énorme, l'alternative est soit d'augmenter les cotisations des travailleurs, soit de diminuer le remboursement de certaines prestations, mais il est hors de question d'augmenter les cotisations des entreprises. DU Roy lui pose enfin la question inévitable sur sa candidature aux élections présidentielles :"La continuité est nécessaire pour réussir Le Plan que nous avons mis en oeuvre, donc il ne faut pas de rupture. Il faudra en 88 un candidat qui continue cette politique. C'est ma vocation, puisque je l'ai engagée, de souhaiter la poursuivre". - SVP : questions sur le salaire des femmes au foyer (il existe déjà une allocation parentale), le statut des maîtres-directeurs (c'est une loi logique qui ne sera pas remise en cause), un président Européen élu au suffrage universel (ça n'est pas d'actualité) et la femme idéale. - Présence dans le public de André SANTINI, Charles Pasqua, Michel BARNIER, François LEOTARD, Isabelle ADJANI, Henri LECONTE et Brigitte BONNEL, Pierre MEHAIGNERIE, Philippe SEGUIN, Robert PANDRAUD, Jacques TOUBON, Alain Madelin, Dick UKEIWE, Alain JUPPE, Bernadette CHIRAC etc.

Émission

L'heure de vérité

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

journaliste

Jean François Kahn
Alain Duhamel
Albert Du Roy

participant

Jacques Chirac

présentateur

François Henri de Virieu

AdBlock activé!