Tibhirine : sept morts sur ordonnance - Vidéo Ina.fr

Tibhirine : sept morts sur ordonnance

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Tibhirine : sept morts sur ordonnance

13h15 le samedi

video 18 avril 2015 387 vues 33min 16s

Reportage revenant sur l'enquête portant sur l'assassinat de 7 moines français du monastère de Tibhirine en Algérie en 1996.En 1992, le Front Islamique du Salut remporte les éléctions en Algérie, s'en suit une période de guerre civile, faite de violences et de massacres perpétrés par le Groupe Islamique Armé. La communuaté religieuse est menacée mais refuse de partir, ce qui dérangent aussi les autorités locales et l'armée. Le26 mars 1996, les moines sont enlevés par un commando de combattants islamistes. Le chef du GIA, Djamel ZITOUNI, après le refus de leur revendication, annonce l'exécution des otages le 21 mai. Les autorités camouflent le fait que seules les têtes des victimes sont dans les cercueils. Selon les confidences d'un militaire algérien, les moines auraient été abattus par un hélicoptère de l'armée lors d'une opération de sauvetage. Un autre militaire algérien affirme que ce sont les services secrets qui sont les auteurs des meutres. Une enquête est confiée au juge antiterroriste TRIVIDIC sept ans après les faits, le dossier restant très sensible. En 2002, un sous-officier de la sécurité militaire explique que l'affaire est une manipulation de l'état algérien et que le terroriste ZITOUNI et une partie du GIA étaient instrumentalisé par les généraux algériens. Or le premier ministre français de l'époque, Alain JUPPE, envoie des agents de la DGSE négocier avec le GIA et ZITOUNI pour la libération des otages, mettant ainsi en danger les généraux au pouvoir en risquant de révéler leur double jeu. Selon Karim MOULAI, ancien agent du DRS, (service secret algérien), cela a précipité l'exécution des moines. Les dernières autopsies réalisées sous l'instructuoin du juge TRIVIDIC sont bloquées par les autorités algériennes.Liste des personnes interviewées :- Françoise BOEGEAT, nièce du frère Paul- le père Armand VEILLEUX- Alain MARSAUD, ancien juge antiterroriste- Marc TREVIDIC, juge antiterroriste- Raymond NART, ancien directeur adjoint de la DST- François GEZE, de l'ONG Algerian Watch- Karim MOULAI, ancien agent du DRS- Hubert de CHERGE, frère du prieur Christian[Source : site internet de France tvinfo]13h15 le samedi Qui a tué les sept moines de Tibhirine ?Sept moines français ont été enlevés en 1996 dans leur monastère de Tibhirine en Algérie. Le Groupe islamique armé (GIA) revendique leur assassinat et les têtes des trappistes sont retrouvées deux mois plus tard. De nombreux témoignages remettent en cause la thèse officielle... "Pourquoi est-ce si difficile de faire avancer ces démarches judiciaires ? Au bout d'un moment, on se demande ce qu'il y a au c¿ur du problème, si ce n'est les services algériens eux-mêmes", s'interroge Françoise Boegeat, la nièce de frère Paul, l'un des sept moines trappistes français enlevés en 1996 au monastère de Tibhirine, en Algérie. Le juge Marc Trévidic, en charge de l'enquête sur l'assassinat des religieux dont on a retrouvé les têtes deux mois après leur rapt, affirme que "ces gens-là ont un réflexe d'autodéfense, ce qui ne veut pas dire qu'ils savent la vérité. Ça veut dire qu'ils ont peur de ce qu'ils peuvent découvrir"."On a fini le travail... On les a tués"Pour François Gèze, membre de l'association Algeria-Watch qui informe sur "la situation des droits humains en Algérie", "l'hypothèse qu'ils auraient été tués avant est assez logique. Quelque chose a dû se passer au cours du premier mois de leur enlèvement"."On a fini le travail... On l'a fait... On les a eus... On les a tués"... C'est ce qu'aurait dit un membre d'un commando, envoyé par des généraux algériens pour tuer les moines, à Karim Moulaï, un ancien membre des services secrets algériens (DRS) actuellement réfugié en Angleterre. Dix-neuf ans après les faits, les familles et amis des sept moines décapités attendent toujours de connaître la vérité.Un document de Lionel Feuerstein, Matthieu Rénier et Anthony Santoro.

Émission

13h15 le samedi

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

journaliste

Lionel Feuerstein
Matthieu Renier

participant

Alain Marsaud
Armand Veilleux
François Geze
Marc Trevidic
Françoise Boegeat
Raymond Nart

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!