Invité : Nicolas Dupont-Aignan - Vidéo Ina.fr

Invité : Nicolas Dupont-Aignan

 

Invité : Nicolas Dupont-Aignan

Soir 3 journal

video 03 avril 2009 432 vues 03min 07s

[Source : documentation France 3] Nicolas Dupont-Aignan est député de l'Essonne et Président de " Debout la République ". - à propos de la place de la France au milieu des autres nations (G20 - OTAN) : " Il y a les images et puis, il y a la réalité. Et ce qui est assez paradoxal, c'est qu'aujourd'hui par exemple, pour le Sommet de l'Otan, il y avait une tête d'affiche : Barack Obama, et je me réjouis de voir plutôt Barack Obama que George Bush. Mais au même moment, au moment où il y a les discours du président de la République sur l'allié debout, la France rentre dans le commandement militaire intégré de l'OTAN, çà veut dire, qu'elle devient subordonnée militairement des Etats-Unis d'Amérique. " - Pourquoi ne serait-elle pas dans l'OTAN et dans le G20 en même temps ? " Ne confondons pas deux choses. L'Alliance Atlantique, on y est depuis toujours. Le commandement militaire intégré de l'OTAN, on passe d'un rôle de premier plan à un rôle de figurant. Est-ce çà l'intérêt de la France ? Est-ce çà un monde multipolaire organisé tel que d'ailleurs le réclamait et le réclame toujours Barack Obama ? Le paradoxe, c'est qu'au moment où Barack Obama arrive et qu'il veut partager le leadership, la France rentre dans le rang. C'est absurde et c'est un contresens historique. Alors çà ne se voit pas sur les images mais çà se verra en Afghanistan et dans les autres conflits où on n'aura pas le même rôle qu'en Irak, quand heureusement on avait dit non à cette époque-là. " - Si la France n'avait pas totalement réintégré l'OTAN, est-ce qu'elle ne se retrouverait pas isolée au moment où les pays s'unissent à la fois sur le terrain diplomatique, militaire, mais aussi économique ? " Il y a une grande contradiction à vouloir un monde multipolaire comme au G20, et çà le G20, bravo, il n'y a pas que les 8 plus grandes puissantes, les plus riches occidentales avec le Japon. Il y a 20 pays, la Chine, le Brésil, çà c'est bien. Pourquoi au moment où il y a un monde avec plusieurs pôles, il faudrait que la France sur le plan militaire appartienne uniquement au camp occidental ? On abîme notre image et on rentre dans des engrenages de guerre qui ne seront pas les nôtres. Prenons garde là-dessus. " - Cà fait parti de vos axes de campagne pour les élections européennes de juin prochain, c'est vos affiches ? " Ce n'est pas un axe de campagne, mais c'est une conviction que la France debout est plus forte que quand elle est couchée. " - Après le non au référendum de 2005, auquel vous aviez appelé à voter. Quel est l'avenir pour l'Europe ? " L'Europe, c'est de changer. C'est pas d'être contre l'Europe, c'est d'enfin écouter les peuples, de pas les violer par des traités comme le traité de Lisbonne, qu'on voté entre parenthèse PS, UMP, MoDem, Verts, c'est de reconstruire une Europe radicalement différente, qui protège les citoyens, notamment les emplois, qui contre-attaque en investissant dans la science et la technologie, et là je vais proposer aux élections européennes, une Europe à la carte. Arrêtez d'uniformiser tout. A 27, on peut pas. Laissons vivre les nations avec leurs traditions, leur culture, le service public en France. Et en revanche, pourquoi on ne se polarise pas sur les dossiers essentiels du 21ème siècle : la voiture propre, le panneau solaire, l'exploitation des océans, la lutte contre le cancer ... c'est-à-dire une Europe radicalement différente. Mais çà il faudrait que ceux qui ont signé tous les traités et qui aujourd'hui, vont promettre monts et merveilles changent vraiment au fonds et on va les y aider. "

Émission

Soir 3 journal

Production

producteur ou co-producteur

France 3

Générique

participant

Nicolas Dupont Aignan

présentateur

Francis Letellier

AdBlock activé!