Interview du président de la République Monsieur Nicolas Sarkozy - Vidéo Ina.fr

Interview du président de la République Monsieur Nicolas Sarkozy

Publicité

Interview du président de la République Monsieur Nicolas Sarkozy

20 heures

video 29 nov. 2007 1665 vues 49min 18s

En direct de l'Elysée, le Président de la République Nicolas SARKOZY est interrogé par Arlette CHABOT (France 2) et Patrick POIVRE D'ARVOR (TF1) sur plusieurs sujets d'actualité, notamment les violences de ces derniers jours à Villiers-le-Bel et le pouvoir d'achat, pour lequel il annonce plusieurs mesures. Il expose également quelle est sa vision du rôle du chef de l'Etat.- Sur les incidents de Villiers-le-Bel, Nicolas SARKOZY estime que la situation a été bien gérée par le Premier ministre et la ministre de l'Intérieur, rend hommage au travail de la police, juge inexcusable les auteurs de ces violences, notamment les auteurs des tirs contre des policiers. Il rappelle le projet de loi à venir de Fadela AMARA pour les banlieues, qui donnera la priorité aux personnes qui veulent s'en sortir, et punira les trafiquants, justifie la politique d'immigration choisie.- Le chef de l'Etat aborde rapidement deux faits divers : l'agression d'une enseignante par un élève de quinze ans et l'assassinat d'une jeune fille dans le RER par un délinquant sexuel récidiviste. A cette occasion, il rappelle la loi sur la récidive présentée par la Ministre de la Justice, Rachida DATI, et qu'il se battra pour offrir "un droit à la sécurité" à chaque Français. Il rejette l'idée d'une police de proximité en rappellant que son rôle premier est d'arrêter les délinquants.- Sur la réforme des régimes spéciaux et la grève dans les transports urbains qui s'en est suivie, il rend hommage à tous les partenaires sociaux pour leur esprit de dialogue, espère que les négociations aboutiront dans tous les secteurs concernés. Il annonce la tenue mi-décembre d'une conférence sociale pour fixer l'agenda social de 2008, afffirme sa volonté de changer le dialogue social en favorisant des accords d'entreprises pour sortir des 35 heures, en augmentant les salaires, sous peine de suppression des allègements de charges, de poser la question de l'ouverture des magasins le dimanche, de la représentativité des syndicats, parle de sa conviction de réhabiliter le travail, annonce la possibilité de monétiser ses RTT, et que les heures supplémentaires des fonctionnaires seront payées comme celles des salariés du privé (+ 25%).- Sur la question du pouvoir d'achat, le Président de la République annonce la création d'un indice du pouvoir d'achat, l'ouverture d'une discussion avec la grande distribution pour obtenir une baisse des prix des produits pour les consommateurs, l'indexation des loyers sur l'indice des prix et non plus sur l'indice des prix à la construction, la diminution des mois de garantie et une mutualisation des cautions pour les nouveaux locataires.Il souhaite le déblocage des fonds de participations dans les entreprises de plus de 50 salariés, et le versement de primes, qui seraient défiscalisées, dans les autres entreprises.Il rappelle la forte baisse du chômage ce mois-ci, qu'il explique par l'utilité des mesures fiscales prises en juillet, réfute l'idée de cadeaux aux classes les plus riches dans la loi sur "le paquet fiscal", justifie son action à l'étranger pour ramener des contrats pour les entreprises françaises, où il estime que cela fait partie de sa fonction, et son action en France pour améliorer le compétitivité des entreprises.Plus largement, il parle de son souhait de réformer la législation sociale française en donnant plus de flexibilité aux entreprises et en même temps plus de garanties aux salariés.- Le chef de l'Etat annonce la vente de 3% d'EDF pour financer un plan d'investissement de cinq milliards dans les universités pour les réhabiliter et améliorer les conditions d'études des étudiants, jusitifie la loi sur l'autonomie des universités et conteste le blocage des universités.- Il rappelle son programme de campagne électorale, où il affirme n'avoir rien caché des intentions.- Enfin, au sujet de polémique après les déclarations d'un ministre algérien qui a tenu des propos antisémites à son encontre, Nicolas SARKOZY estime que l'incident est clos, après avoir eu une conversation téléphonique avec le président algérien BOUTEFLIKA.

Émission

20 heures

Générique

réalisateur

Renaud Le Van Kim

participant

Nicolas Sarkozy

présentateur

Patrick Poivre d'Arvor
Arlette Chabot

AdBlock activé!