[Affaire Clearstream : mise en examen de Dominique de Villepin] - Vidéo Ina.fr

[Affaire Clearstream : mise en examen de Dominique de Villepin]

Publicité

[Affaire Clearstream : mise en examen de Dominique de Villepin]

19 20

19 20 Edition nationale

video 27 juil. 2007 215 vues 02min 14s

Reportage. Dominique de Villepin vient d'être mis en examen pour complicité de dénonciation calomnieuse dans l'affaire Clearstream, qui visait à destabiliser Nicolas Sarkozy.Extrait des déclarations de Dominique de VILLEPIN, ancien premier ministre, de Michèle ALLIOT MARIE, ministre de l'intérieur.Alternance d'images factuelles.[Source : documentation France 3] L'ancien Premier ministre, a été mis en examen, pour complicité de dénonciation calomnieuse, complicité d'usage de faux, recel d'abus de confiance et recel de vol. Il est soupçonné d'avoir participé à une conspiration visant à déstabiliser Nicolas Sarkozy alors candidat à l'élection présidentielle. Il nie avoir participer à toute manoeuvre politique DOMINIQUE DE VILLEPIN "à aucun moment je n'ai demandé d'enquête sur des personnalités politiques, qu'à aucun moment je n'ai participé à une quelconque manoeuvre politique. J'ai agi pour faire face à des menaces internationales, j'ai agi pour faire face à des menaces concernant nos intérêts économiques. C'est strictement dans ce cadre que j'ai agi. C'était mon devoir comme ministre. Je ne vous cache pas que ces mises en cause sont douloureuses pour moi et pour ma famille." Le 20 juillet dernier, Jean Louis Gergorin a confirmé aux juges qu'en 2004 il a envoyé anonymement les faux listings Clearstream avec le nom de Nicolas Sarkozy, sur les ordres de Dominique de Villepin. Les juges disposent aussi de notes du général Rondot, disant que Dominique de Villepin cherche à balancer Sarkozy. Rondot travaillait alors pour le ministère de la défense. MICHELE ALLIOT MARIE "Une mise en examen n'est pas une condamnation. Je suis là pour aider la justice et j'ai un intérêt tout particulier à savoir ce qui s'est passé et à ce que la justice tranche." Dominique de Villepin aurait agi sur les ordres de Jacques Chirac, alors président de la République. Les juges lui interdisent de le rencontrer. Il est sous contrôle judiciaire et a versé 200.000 euros de caution.

Émission

19 20 Edition nationale

Production

producteur ou co-producteur

France 3, France 3 Nice

Générique

journaliste

Nathalie Coze

journaliste reporter d'images

Nathalie Berthier

monteur

Aude Richelet

participant

Dominique de Villepin
Michèle Alliot Marie

AdBlock activé!