Nicolas Sarkozy avec Cécilia en Guyane contre l'orpaillage clandestin et l'immigration clandestine - Vidéo Ina.fr

Nicolas Sarkozy avec Cécilia en Guyane contre l'orpaillage clandestin et l'immigration clandestine

Publicité

Nicolas Sarkozy avec Cécilia en Guyane contre l'orpaillage clandestin et l'immigration clandestine

Soir 3 journal

video 29 juin 2006 6915 vues 02min 23s

Le Ministre de l'Intérieur, Nicolas SARKOZY, s'est montré déterminé aujourd'hui à renforcer la lutte contre l'orpaillage clandestin, l'une des causes de l'immigration illégale en Guyane, département gravement confronté à la pression migratoire.

Suivi par son épouse Cécilia, Monsieur SARKOZY a parcouru le plus grand département français : découverte en pleine forêt d'un site d'orpaillage clandestin, balade en pirogue sur le Maroni, discours et signatures de protocoles.
Avec un seul mot d'ordre, répété à l'envie : freiner l'immigration irrégulière dans ce département qui compte, selon l'Intérieur, 38.000 étrangers en situation irrégulière (Brésiliens, Surinamiens, Haïtiens ou Guyanais) sur une population de quelque 170.000 habitants.
Monsieur SARKOZY a justifié les destructions systématiques des matériels utilisés par les chercheurs d'or lors d'une visite d'un site clandestin. Ce site, occupé depuis trois jours par les gendarmes lors d'une opération "Anaconda", était exploité par plusieurs centaines de "garimpeiros" brésiliens dans le lit d'une rivière, au lieu-dit la crique Sparouine, à deux heures de pirogue, puis à une heure de marche de Saint-Laurent du Maroni, ville-frontière avec le Surinam.
Devant le Ministre, les gendarmes ont détruit à l'explosif l'un des puissants moteurs utilisés par les orpailleurs pour pomper la boue avant de la projeter sur un tamis et d'amalgamer, avec du mercure, les pépites d'or contenues dans les gravats.
Nicolas SARKOZY : "La Guyane, c'est la République qui est en avancée dans cette forêt amazonienne. On ne peut pas être submergé à la fois par les trafiquants d'immigration clandestine, d'immigration d'or. Le Procureur de la République me signalait il y a quelques instants que tout est lié et que l'ensemble des trafics nourrit d'autres trafics. On ne peut pas le tolérer, on ne peut pas l'accepter".
Yann ARTHUS BERTRAND : "Il faut savoir que les gens qui viennent ici, ils viennent ici pour survivre, c'est des gens très très pauvres, et c'est peut être en traitant la pauvreté que l'on va traiter le problème".

Émission

Soir 3 journal

Production

producteur ou co-producteur

Agence, Paris : France 3

Générique

journaliste

Stéphane Grand

journaliste reporter d'images

Robin Teboul

monteur

Pierre Gueny

participant

Nicolas Sarkozy
Yann Arthus Bertrand

AdBlock activé!