Mémoires d'haciendas - Vidéo Ina.fr

Mémoires d'haciendas

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Mémoires d'haciendas

Des racines et des ailes

video 04 juin 2003 619 vues 29min 57s

Reportage au Mexique à la rencontre de propriétaires d'haciendas, grandes propriétés souvent supprimées par la réforme agraire. Ces bâtiments, leurs dépendances et les terrains alentour sont souvent laissés à l'abandon, mais de plus en plus souvent, des propriétaire les rachètent pour les faire revivre après restauration, sous forme d'exploitation agricole ou hôtelière. Le commentaire sur des images de ces grandes propriétés alterne avec des interviews in situ des propriétaires et de leur entourage.A Tenerac (?) sur les hauts plateaux où se trouve l'une des dernières haciendas en activité au Mexique, rencontre avec Sabino BRETON, le propriétaire que l'on suit dans ses activités d'éleveur de taureaux, qui fait visiter la propriété, inchangée depuis 3 siècles et présente sa famille et ses proches lors d'un repas et d'une réception dans l'ancienne épicerie de l'haciendaMiguel VILLA NUEVA, matador est venu pour une petite corrida dans les arènes de l'hacienda afin de tester l'élevage localDans le Yukatan, de nombreuses haciendas ont été abandonnées après la réforme agraire. L'une d'entre elles a été transformée en hôtel de luxe par Luis BOZONS, un architecte de Mexico, qui fait visiter sa propriété en expliquant sa démarche de même que son épouse Véronique. Celle ci fait admirer un site maya voisin de l'hôtel et qui peut attirer des touristesA 30 kilomètres de là, rencontre avec Alejandro PATRON, propriétaire d'une hacienda de 400 hectares qui arpente son domaine en chemin de fer, sur une remorque tirée par une mule, vestige rarement conservéIl explique sa passion pour les vieilles haciendas abandonnées qu'il achète et rénove : visite de l'une de ses propriétés en plein chantier, puis d'une autre depuis plus longtemps restauréeExplication sur le cisal, plante textile dont l'exploitation est à la base de l'organisation de l'hacienda, à partir d'une machine ancienneA Atlixco dans le centre du Mexique où Lisette MAUJER SPITALIER, mexicaine d'origine française fait son marché et explique le rôle du marché dans la viille. Elle présente sa maison, une hacienda située en centre ville, mais qui lors de sa fondation il y a 3 siècles était en pleine campagne. Elle présente la propriété et sa famille lors de la préparation d'un repas ; tous se retrouvent autour de la piscine lors du repas dominical.Sabino Breton a 53 ans, il est mexicain et haciendado, c'est-à-dire propriétaire d'une hacienda. L'homme est fier de son domaine et de sa terre. Des Racines et des Ailes l'a rencontré chez lui, propriété familiale depuis 1760. Les années ont passé mais rien a vraiment changé. Il y a toujours le patio et sa fontaine, la chapelle où sont enterrés les aïeux, la tienda, l'épicerie de l'hacienda où les peons, les ouvriers agricoles, venaient faire leurs courses. Rien d'étonnant alors que cette hacienda soit l'une de seules du Mexique à être classé monument historique. Mais, surtout, il y a encore les chevaux et le bétail. Sabino Breton a toujours voulu maintenir l'activité, une façon aussi de conserver les lieux dans leur état originel, témoin d'une grandeur et d'une histoire. . .Une histoire qui commence en avril 1519, les conquistadors débarquent alors sur les côtes mexicaines. Avec eux, ils amènent leur langue, leur religion, leur culture et les haciendas. Ces immenses domaines fonciers, avec leur dizaines de milliers d'hectares et les centaines de peons vont devenir la principale structure sociale du Mexique. Au 19ème siècle, le pays en comptera près de 40000. Elles produisaient du blé, du maïs, de l'orge, du bétail, exploitaient parfois des mines d'argent. Mais l'histoire s'achève en 1936 une réforme agraire est mise en place, 17 millions d'hectares de terre sont distribués, les haciendas sont démantelées, la plupart finissent en ruine.Aujourd'hui, ce patrimoine est menacé. Pour le sauver, quelques riches mexicains ont fait un pari : redonner une seconde jeunesse à ces vestiges. Direction le Yucatan, à l'est du Mexique. Là, des haciendas ont été reconverties en hôtels haut de gamme, des paradors version mexicaine. Nous nous sommes arrêtés à Temozon et San José de Cholul. Ces deux établissements sont la propriété d'Alejandro Patron un passionné et un collectionneur d'haciendas. L'homme appartient à une grande famille du Yucatan. La restauration de ces deux hôtels est l'oeuvre de Luis Bozom. Il y a encore 10 ans, cet architecte en savait plus sur les buildings de Mexico que sur les haciendas. Il a dû tout apprendre sur ces vieilles bâtisses. Aujourd'hui, il en a restauré une vingtaine. Dernière rencontre : Véronique Tismonet. Cette belge est gérante de San José de Cholul. Elle emploie une quarantaine de personnes, rien que des locaux les haciendas-hotels s'inscrivent aujourd'hui dans une démarche de développement durable. Ancienne archéologue, elle nous fait aussi découvrir Mayapan, cité maya du 13ème siècle les établissements sont souvent proches de sites pré-hispaniques, un mélange parfait de farniente et de tourisme culturel.

Émission

Des racines et des ailes

Production

producteur ou co-producteur

France 3

Générique

journaliste

Jean Christophe Chatton
Sam Caro

AdBlock activé!