[Les conséquences de la décentralisation de l'Education Nationale] - Vidéo Ina.fr

[Les conséquences de la décentralisation de l'Education Nationale]

Publicité

[Les conséquences de la décentralisation de l'Education Nationale]

19 20

19 20 Edition nationale

video 21 mai 2003 619 vues 02min 57s

Reportage sur les conséquences de la décentralisation dans l'Education Nationale. En effet, les personnels administratifs et les techniciens pourraient passer sous le contrôle et la gestion des conseils généraux et régionaux. Alternance du commentaire sur des images factuelles et des interviews de Valérie MARTIN, technicien ouvrier de Service, de Marie Claire LEGALL, Principale du collège Pierre de Coubertin, d'Eric DOLIGE, président du conseil général du Loiret et d'Alain RAFESTHAIN, président du Conseil régional Centre.[Source : documentation France 3] Les enseignants veulent l'abandon de la réforme sur la décentralisation. les administratifs et les techniciens pourraient être gérés par les conseils généraux ou régionaux. mais qui les paiera. Reportage au Collège Pierre de Coubertin de Saint Jean de Braye. Valérie Martin est Technicien Ouvrier de Service (TOS). A cause de la décentralisation son nouveau patron sera le département du Loiret . Pour l'instant elle ne sait rien sur son avenir. La principale du collège n'a reçu aucune directive et se demande comment elle va diriger une équipe dont elle ne sera plus responsable. Le président UMP du conseil général du Loiret, Eric Doligé, est pour la décentralisation. ERIC DOLIGE "dans bien des domaines on a démontré qu'on était beaucoup plus performant que l'Etat et, ça n'est pas péjoratif de le dire, on peut pas gérer 1200.000 fonctionnaires de loin, nous, 2000 personnes de près, ça pose aucune difficulté" Le conseil régional gère les bâtiments des lycées. Avec la décentralisation, les effectifs du personnel vont être multipliés par 7. Le président PS du conseil régional du Loiret ne sait ni comment et avec quel moyen accueillir ces personnels. Il menace de faire la grève de la décentralisation car il redoute de devoir augmenter les impôts. ALAIN RAFESTHAIN "Nous aurons à assumer une charge financière plus importante que le transfert de moyens qui sera effectué. ce qui veut dire que je serais conduit, si je ne suis pas capable de faire des économies par ailleurs, conduit à augmenter l'impôt du contribuable régional. Décentraliser c'est se donner les moyens de faire mieux avec des finances qui reste stables"

Émission

19 20 Edition nationale

Production

producteur ou co-producteur

France 3

Générique

journaliste

Roselyne Febvre

journaliste reporter d'images

Romuald Rat

monteur

Elisabeth Latzarus

participant

Valérie Martin
Eric Dolige

AdBlock activé!