Aller au contenu principal
Le fonds photo

Le fonds photo

Les fonds photographiques de l’INA conservés à l’INA sont structurés en reportages et issus pour la plupart des services photos de la RTF, de l’ORTF et des sociétés audiovisuelles publiques dont la Société Française de Production, l’INA, France Télévisions. Les premiers reportages datent de 1950 et sont des témoignages uniques des premières émissions télévisées non enregistrées, avant l’apparition du kinéscope.

Publié le 12.12.2020

Le fonds photo

Les fonds photographiques de l’INA conservés à l’INA sont structurés en reportages et issus pour la plupart des services photos de la RTF, de l’ORTF et des sociétés audiovisuelles publiques dont la Société Française de Production, l’INA, France Télévisions. Les premiers reportages datent de 1950 et sont des témoignages uniques des premières émissions télévisées non enregistrées, avant l’apparition du kinéscope.

 

Actuellement, la volumétrie des fonds propres est évaluée à 1 950 000 photos sur support argentique répartis sur près de 55 000 reportages. 610 000 photos ont déjà fait l’objet d’une numérisation. Ces fonds photos contribuent à l’histoire de l’audiovisuel public. Ils sont en majeure partie composés de supports argentiques noir et blanc mais aussi couleur en format 24x36 et 6x6 et de planches contact.


Chronologie des fonds de l'INA


Chronologie des fonds tiers

Lancer le diaporama : 2 images

Les fonds photos documentent la production audiovisuelle française :

  • Photos de tournage
  • Photos de plateaux
  • Dispositifs techniques et matériel audiovisuel
  • Décors et costumes
  • Métiers de l’audiovisuel et équipes techniques
  • Portraits de personnalités (artistique, culturel, médias, politique et sports)
  • Illustrations pour l’actualité entre 1953 et 1974
  • Vie d’entreprise et évènements culturels
  • Groupe de Recherche Musicale (GRM) depuis 1962

A ce jour le fonds de l’INA continue d’être alimenté par les reportages du labo photo, documentant l’activité de l’entreprise, les productions INA, les actions de formation et les concerts du GRM.

Le service photo accueille également des fonds extérieurs ayant fait l’objet d’une donation ou d’un mandat avec le producteur d’archives, dès lors que les contenus proposés soient liés au champ de la programmation audiovisuelle et radiophonique française.

Les fonds extérieurs actuellement conservés à la photothèque couvrent les périodes suivantes : les fonds Adolphe Drhey (1956-1996), Marie France Laval (1982-2000), Jacques Nahum (1980-1996), Fitoussi et Maurice Valay.


Cartographie des fonds photo de l'INA


Cartographie des fonds tiers

Lancer le diaporama : 2 images

En 2018, la convention entre l'INA et France Télévisions a permis le versement du fonds photographique de FTV, estimé à 950 000 photos, offrant ainsi un accès à la consultation pour les chercheurs dans les enceintes de l’INA thèque. Ce fonds est en cours d’inventaire dans un projet de numérisation globale.

Pour valoriser ces fonds, l'INA s'associe à des partenaires institutionnels et privés lors de grands événements tels que le Festival de Cannes ou la Fête de l'Humanité. Ces partenariats permettent d'exposer les photos dans des lieux et des contextes appropriés.

Par ailleurs, 31 000 photos sélectionnées et légendées sont consultables sur le site de l’AFP et 16 000 sur le site de Getty images.

Les fonds photo seront amenés à être consultés par le public chercheur à l’INA thèque.

Aujourd’hui le service photo est composé de six personnes, un cadre documentaire, trois documentalistes et deux photographes ; avec une photothèque gérant les fonds existants et un labo photo avec des photographes qui s’occupent des prises de vues et de certaines numérisations pour l’entreprise.


L'actrice Romy Schneider en interview au festival de Cannes (1962)


Le service photo du journal télévisé à Cognacq_Jay


Tournage du "Petit train de la mémoire" avec son créateur Maurice Brunot


La Photothèque de l'INA conserve plus d'un million de fichiers

Lancer le diaporama : 4 images
Le service photo de la RTF (1963)
Le magazine "Au-delà de l'écran" fait le tour des différents lieux où travaillent les photographes de la RTF, entre les Buttes-Chaumont et Cognacq-Jay. Ils fournissent, à cette époque, les photos publiées dans la presse.