Née le 29 août 1915, Ingrid Bergman disparaissait ce même jour en 1982. Cette actrice suédoise connait la gloire à Hollywood et remporte deux Oscars au cours de sa carrière. Indépendante et cultivée, elle reste une figure emblématique de l’histoire du cinéma du XXème siècle. Retour sur la vie d’une femme passionnée.

En 1960, l'actrice internationale accordé un long entretien très intimiste à France Roche, en français. Elle y évoque sa vie privée et sa carrière. Cette année-là, elle sort d'une année sabbatique, "je préfère ne rien faire que de faire quelque chose que je n'aime pas". Ses choix, elle explique les faire avec le coeur, quitte à se retrouver dans un rôle qui finalement ne la mettra pas en valeur, et accepter de tourner "si seulement je trouve que c'est écrit avec sincérité", déclare-t-elle avec le sourire à la journaliste française.

Lorsque France Roche lui demande avec espièglerie si elle accepterait de tourner dans un film pour plus de 18 ans, elle répond amusée, "je ne suis pas une femme au visage léger, alors on ne me donne pas ce type de rôles-là", regrette-elle presque, avant de préciser "j'aime beaucoup faire les femmes qui sont un peu excentriques, un peu folles, ce n'est pas comme mon caractère dans la vie mais ça m’intéresse beaucoup".

La journaliste l'interroge ensuite sur sa vie privée, soulignant qu'elle semble réconciliée avec le monde et beaucoup plus détendue que trois ans auparavant. "Oui mais peut être que le monde autour de moi était ennemi à ce moment-là... c'était peut-être de ma faute, ma vie n'était pas très heureuse. Vous savez très bien que j'ai eu des difficultés à ce moment de mon passé. Et à ce moment, on se trouve très seule". [Elle fait référence à son divorce avec Roberto Rossellini.] Elle regrette que le public soit trop curieux concernant la vie des actrices. "Quand on fait une vie tranquille, qu'on travaille, que tout est calme, alors les yeux du public vont vers une autre pauvre actrice qui a des problèmes autour d'elle".

Ingrid Bergman_0

De la Suède à Hollywood

Ingrid Bergman voit le jour à Stockholm en Suède. Orpheline de mère dès l’âge de trois ans, elle est élevée par son père jusqu’à sa mort, elle a alors douze ans. 
Passionnée de théâtre, elle entre à la Royal Dramatic Theater School de Stockholm pour un an, période durant laquelle elle fait ses débuts au cinéma. Elle tourne plusieurs films en Suède dont Intermezzo, en 1936. 
Ce film change sa vie, il lui permet d’être remarquée par le producteur américain David O. Selznick. En 1939, il lui propose de tenir le premier rôle dans le remake du film. 

Sa carrière internationale est lancée, on lui propose une succession de grands rôles (Casablanca, Pour qui Sonne le Glas, Hantise - qui lui vaut l’Oscar de la meilleure actrice - et Jeanne d'Arc). 
Sa popularité s’accroît de films en films et elle devient l’actrice la mieux payée de Hollywood.
Autre moment clé de sa carrière : sa rencontre avec Alfred Hitchcock qui va en faire l’égérie de trois de ses plus célèbres films (La Maison du docteur Edwardes, Les Enchaînés et Les Amants du Capricorne.)

Une liaison passionnée et mythique avec Roberto Rossellini

La jeune femme est au sommet de sa gloire lorsqu’elle fait une autre rencontre décisive qui va changer le cours de sa vie. 
En 1949, elle rencontre le réalisateur italien Roberto Rossellini avec qui elle tourne Stromboli. Une histoire d’amour passionnée débute entre eux. Ingrid Bergman quitte son mari d’alors, Petter Lindström et leur fille Pia, pour vivre maritalement avec le metteur en scène italien. Il auront trois enfants.

Son attitude fait scandale dans l’Amérique puritaine d’alors. Les attaques conjointes de groupements religieux, d'associations féministes et de politiciens la font bannir du cinéma américain pendant sept ans. 
Durant cette période italienne, Ingrid Bergman tourne quatre films sous la direction de Rossellini : Europe 51, Voyage en Italie, La Peur, Jeanne au bûcher. En 1957, Ingrid et Roberto divorcent.

1957 : coup de tonnerre, Ingrid Bergman et Roberto Rossellini divorcent, après 8 ans de vie commune, et tumultueuse.

Elle doit son retour en grâce à Hollywood à son rôle principal dans Anastasia d'Anatole Litvak (1956), qui lui vaudra un deuxième Oscar.

1969 : l'actrice donne une interview dans laquelle elle évoque sa famille.

Le retour en grâce d'une des plus grandes actrices de tous les temps

La comédienne recommence à tourner pour le cinéma américain mais aussi européen. 

En 1973, elle est présidente du jury du festival de Cannes. Interrogée sur son plus grand rôle, elle répond... Jeanne d'Arc. 

En 1975, elle obtient le troisième et dernier Oscar de sa carrière, pour un second rôle dans Le Crime de l'Orient-Express
Deux ans plus tard, elle obtient une nouvelle nomination aux Oscars pour son rôle de Charlotte, pianiste virtuose mais mère indigne, dans Sonate d'automne d'Ingmar Bergman. Ce sera son dernier rôle au grand écran. 

En 1980, invitée d'Apostrophes, elle évoque son rapport intime avec la langue française

En 1982, le jour de son 67e anniversaire, Ingrid Bergman meurt à Londres des suites d'un cancer du sein.

Sa dernière récompense est posthume. Il s’agit de l’Emmy Award de la meilleure actrice pour le rôle de Golda Meir, dans le feuilleton télévisé Une femme nommée Golda
Ingrid Bergman est entrée dans l’histoire du cinéma comme l’une de ses plus grandes actrices. En 1999, elle est distinguée par l’American Film Institute comme la quatrième plus grande actrice de tous les temps, dans le classement AFI’s 100 Years… 100 Stars.

Pour aller plus loin

D'avantages de documents audio et vidéo sur l'actrice.

Rédaction Ina le 17/08/2012 à 15:19. Dernière mise à jour le 27/08/2020 à 15:40.
Cinéma