Aller au contenu principal
Visite de l’école où fut signée la reddition nazie le 7 mai 1945

Visite de l’école où fut signée la reddition nazie le 7 mai 1945

Chaque 8 mai, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le monde célèbre la victoire des forces alliées sur l'Allemagne nazie, mais la première reddition de l'armée nazie a été signée la veille, dans une petite école de Reims. Retour sur ce jour historique méconnu.

Par Florence Dartois - Publié le 04.05.2022
Reddition Reims 8 mai - 1995 - 01:53 - vidéo
 

Chaque 8 mai, depuis 1945, le monde célèbre la victoire des forces alliées sur l'Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais on le sait moins, la véritable reddition allemande a été signée la veille, à Reims, dans une petite école de briques rouges. Depuis, la salle où s'est déroulée la signature a été transformée en musée. Rien n'a changé, et le visiteur peut se replonger dans l'ambiance toujours palpable de ce jour historique.

Le contexte historique : 

La signature s'est déroulée à Reims parce que c'est là qu'était installé le quartier général de l'Etat-major suprême des Forces expéditionnaires alliées en Europe, dirigées par le commandant en chef Eisenhower. Après la bataille des Ardennes de décembre 1944, il avait souhaité se retrouver au plus près du front. L'acte de reddition reconnaît la capitulation sans condition du Troisième Reich  et ordonne la cessation des combats le 8 mai à 23h01.

Quatre généraux apposent leur signature à cet acte: Jodl, chef d'état-major des forces armées allemandes ; l'Américain Bedell-Smith, au nom du camp allié ; Sousloparov, pour l'Armée Rouge et le Français Sevez, adjoint du général Juin retenu aux Etats-Unis. Les Français participent à la signature parce que le général Eisenhower avait demandé à ce qu'un représentant français puisse signer un acte établi sur son propre sol.

Mais alors pourquoi parle-t-on uniquement de 8 mai 1945 lorsqu'on évoque la reddition nazie ? A cause de Staline qui avait été furieux que les Allemands aient accepté de se rendre à Reims. Ulcéré qu'un délai ait été accordé à la Wehrmarcht par les alliés pour lui permettre de gagner les zones occidentales sans se faire prendre par l'Armée Rouge, Staline souhaitait que la capitulation ait lieu à l'Est. En mémoire de l'effort de guerre des  vingt-cinq millions de morts de l'U.R.S.S., Churchill et Truman allaient finalement accepter d'organiser une seconde cérémonie sur le front oriental - à Berlin - malgré la vive opposition d'Eisenhower. 

L'archive : 

L'archive en tête d'article, diffusée le 6 mai 1995 dans le 13h00 de France 2, propose une visite de cette salle de classe désuète, classée monument historique, où s'est déroulé l'un des événements les plus importants du XXe siècle : la reddition de l'armée allemande.

Ils étaient 13 autour d'une longue table de bois ce jour-là.  A 2h41 du matin, trois généraux allemands signaient la reddition sans condition de l'Allemagne nazie. Le reportage présente des images d'archives de cette capitulation au moment où le général allemand Jodl signe l'acte définitif. Tout est achevé en « 8 minutes et 5 petits paragraphes ».

En 1995, cinquante ans plus tard, « little red school », comme l'appelait les Américains, était devenue le lycée Roosevelt. Mais dans la salle où avait été signée la capitulation allemande, le temps s'était figé. De la longue table de bois, aux sièges austères, rien n'avait changé. Aux murs se trouvaient encore les cartes d'état major de l'Europe de l'époque, les tableaux statistiques des pertes alliées ou des prisonniers allemands.

En fin de reportage, la conservatrice du musée expliquait pourquoi une contre-signature s'était déroulée à Berlin dans la nuit du 8 au 9 mai. Inaugurant déjà les futures dissensions entre les alliés, cet acte mènerait à la création de deux blocs et à l'avènement de la Guerre froide.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.