Aller au contenu principal
Vincent Bolloré, l'ambition avant tout

Vincent Bolloré, l'ambition avant tout

Jeudi, Vincent Bolloré est censé prendre sa retraite. Au début des années 80, l’homme d’affaires avait repris les rênes du groupe Bolloré avant de se lancer dans les transports et les médias.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 15.02.2022
Vincent Bolloré, l'ambition avant tout - 2022 - 02:39 - vidéo
 

Clap de fin pour Vincent Bolloré : l’industriel breton est censé prendre sa retraite jeudi 17 février et céder ses affaires à deux de ses enfants. La fin, (peut-être), d’une longue carrière au sein de l’entreprise familiale, commencée il y a plus de 40 ans.

Début des années 80, ça va mal pour l’entreprise familiale bretonne, spécialisée dans le papier. Vincent Bolloré la rachète pour un franc symbolique au banquier Edmond de Rothschild. Le jeune trentenaire a une nouvelle stratégie. Le papier, c’est fini ! Le futur, c’est le plastique : « Voilà, ça c’est le film plastique qu’on fabrique. Il est 10 fois plus fin qu’une feuille de papier à cigarette. Les grands chimistes mondiaux ont essayé de le faire, ils ont raté. Nous on a réussi », explique t-il en 1985 sur TF1 aux caméras de l'émission « L'Enjeu ».

C’est le point de départ de l’ère Bolloré. L’homme d’affaires se diversifie et rachète des entreprises moribondes. Il s’exporte aussi en Afrique dans les secteurs ferroviaire et portuaire. Son appétit est sans limites. Et absolument tout semble lui réussir. En 1987, à 35 ans, le voilà désigné manager de l’année. « Le petit prince du cash flow », c’est son surnom, reçoit son diplôme des mains de Jacques Chirac, alors premier Ministre.

Insatiable

Et ça continue... Vincent Bolloré est insatiable ! Il continue d’investir dans des entreprises, acquiert une partie du capital de Bouygues Construction en 1998. Son empire s’étend un peu plus chaque jour : « Nous ne souhaitons pas avoir tous nos oeufs dans le même panier. Dans chacune de ces diversifications, nous n’y allons que si nous avons une position de leadership européen ou mondial » explique t-il en 1999 au 20h de France 2.

A partir des années 2000, Vincent Bolloré se lance dans les médias. Il lance d’abord la chaîne de télé Direct 8 en 2005, puis un journal gratuit en 2007, MatinPlus qui deviendra ensuite CNews .

En 2015, le milliardaire prend la tête de Canal +. Il réorganise la chaîne de télé, supprime « Les Guignols de l’Info ». Bref, en plus d’être un personnage ambitieux, Vincent Bolloré est aussi un chef d’entreprise clivant et redouté.

Ce jeudi, l’industriel doit donc prendre sa retraite, jour du bicentenaire de l’entreprise familiale.

À lire sur La revue des médias

La série « La télé selon Bolloré » : aux origines de l’empire médiatique de Vincent Bolloré, il y a une chaîne, créée ex nihilo sur la TNT : Direct 8. L’homme d’affaires breton y a testé ses intuitions, imposé ses lubies et rodé son savoir-faire.

Lire sur La revue des médias

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.