Aller au contenu principal
Débris spatiaux, la menace fantôme

Débris spatiaux, la menace fantôme

retour vers l'info - 31.01.2018 - 02:46 - vidéo

[Autres génériques et descripteurs] : BASSE Paul (Redacteur)Depuis le lancement du premier satellite américain, Explorer 1, le 31 janvier 1958, des centaines d'autres satellites gravitent autour de la Terre. A pratiquement chaque pays son satellite, et ce sur tous les continents. Mais cette prolifération a son lot de mauvaises conséquences, avec les débris de l'espace...1738, c'était le nombre de satellites actifs autour de la Terre en 2017. [Data 1]Carte des débris en 1993 [Data 2]"Et si on regarde aujourd'hui la terre avec un radar, voilà ce qu'on observe. Une première zone à 500 km d'altitude composée d'environ 5000 débris. Plus loin à 36.000km, une seconde zone complètement embouteillée avec les débris des satellites envoyés en orbite géostationnaire. Ces débris posent de nombreux problèmes : un boulon de quelques dizaines de gramme peut fracasser n'importe quel blindage d'une navette spatiale, d'une cabine habitée ou d'un satellite ".On chiffre à 500.000 le nombre de débris spatiaux gravitant autour de la Terre en 2017. [data 3] : morceaux de satellites en fin de vie, boulons, sangles, outils : l'espace est devenue une poubelle et un danger potentiel.En 2011, des cosmonautes frôlent la catastrophe : "Des débris se rapprochent à grande vitesse de la station orbitale internationale. L'équipage [...] les débris passent à 250 mètres de la station, un fil à l'échelle de l'univers. L'impact aurait dépressurisé la cabine et condamné les 6 cosmonautes".Les débris sont voués à retomber sur Terre après parfois des décennies dans l'espace. La plupart du temps, les débris se consument lorsqu'ils entrent dans l'atmosphère.Mais ce n'est pas toujours le cas : "Au fond de son bureau, cet ingénieur d'étude spatiale conserve une curieuse relique, tombée du ciel. Il s'agit d'un débris d'un lanceur russe, qui est retombé quelques jours après le lancement, qui a été retrouvé par un agriculteur dans le sud de Bourges. Des objets comme ça il en tombe statistiquement, une fois par semaine sur la Terre et sur la France, un toutes les milles semaines."La probabilité qu'un débris tombe du ciel et touche un être humain sur Terre est minime. Une chance sur 3200, selon la NASA. [Data 4] Un protocole de surveillance existe, avec des radars au sol. Afin d'éviter tout accident malheureux. Des projets ont bien été lancés pour nettoyer l'espace. Mais rien de concret pour le moment.

Producteur / co-producteur Institut national de l'audiovisuel
Générique Rédacteur en chef : Richard Poirot

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.