Aller au contenu principal
« Un long dimanche de fiançailles » : le premier grand film de Gaspard Ulliel

« Un long dimanche de fiançailles » : le premier grand film de Gaspard Ulliel

En 2005, son interprétation d’un soldat de la Première Guerre mondiale dans « Un long dimanche de fiançailles » de Jean-Pierre Jeunet lui avait valu le César du meilleur espoir masculin. Quelques semaines avant cette consécration, il dévoilait ses impressions de débutant.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.01.2022
 

Gaspard Ulliel, décédé des suites d'un accident de ski à 37 ans, avait été couronné d'un César du meilleur espoir masculin en 2005 pour son premier grand rôle dans Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet.

En octobre 2004, à l’occasion de sa présentation en avant-première à Bordeaux, le réalisateur et deux de ses comédiens, Gaspard Ulliel (Manech) et Marion Cotillard (Tina Lombardi), étaient interrogés sur le plateau du magazine 12-14 de France 3.

Dans cette longue interview commune présentée en tête d'article, le réalisateur revenait sur l'histoire du film adapté du roman éponyme de Sébastien Japrisot, et s’étonnait du petit nombre de films sur la Première Guerre mondiale, alors que le nombre de témoins diminuait. Il résumait ainsi le propos du film et le caractère de son héroïne, jouée par Audrey Tautou : « C’est une fille extrêmement déterminée, une volonté hors du commun à retrouver son amant qui était considéré comme mort à la guerre de 14/18 (…) et elle refuse d’admettre ce qui est supposé être la vérité (…) C’est une histoire d’amour et de ténacité incroyable. »

Un premier grand rôle

Gaspard Ulliel, lui, apparaissait dans les flash-back, incarnant un soldat disparu. Avant le tournage, il avouait n'avoir eu que quelques notions de cette période, toutes apprises à l’école, « mais Jean-Pierre avait insisté pour que tous les comédiens lisent un livre qui s’appelle "Les carnets de guerre" de Louis Barthas, qui est une référence pour les historiens de cette période. Et moi, ça m’a permis de découvrir plein de choses, et surtout le quotidien des soldats dans les tranchées. », précisait-il enthousiaste.

Ce personnage était son premier grand rôle. Dans l'extrait ci-dessous, il décrivait ses essais, avec « des vraies séances de travail de deux-trois heures, où on a vraiment l’impression d’être dirigé comme sur un plateau. On avait même des costumes, des accessoires, ce qui est assez rare quand on fait des essais en France en tout cas. C’est un très bon souvenir et c’est flatteur de passer ces étapes ».

Un étrange puzzle

Dans la suite de l'interview ci-dessous, le jeune acteur racontait ce qui l’avait étonné dans cette première expérience cinématographique, notamment la non linéarité du tournage. Sa première scène avec Audrey Tautou, qui joue sa maîtresse, était celle de leurs adieux dans le film, alors qu’ils ne s’étaient jamais vus auparavant. Mais pas de quoi déstabiliser le jeune homme :  « C’était un peu difficile de commencer par ça, malheureusement ce sont les aléas du cinéma. Donc on se quittait alors qu’on ne se connaissait même pas, mais je pense que le rendu est plutôt réussi », concluait-il.

Autre particularité, Gaspard Ulliel et Marion Cotillard ne s’étaient jamais croisés sur le plateau ne partageant aucune scène. Amusés de cette situation, ils racontaient s’être rencontrés après, ce qui, visiblement, amusait beaucoup les comédiens : « On ne s’était jamais vus, forcément on n’a pas les même souvenirs » concluait Marion Cotillard.

Pour les créateurs de contenus

Vous souhaitez créer des contenus sur Gaspard Ulliel ? Un dossier de clips est disponible sur mediaclip, notre offre réservée aux professionnels du numérique.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.