Aller au contenu principal
«Toutes les émotions pour 1 franc 38 par jour, c'est ça la redevance !»

«Toutes les émotions pour 1 franc 38 par jour, c'est ça la redevance !»

Emmanuel Macron s'est engagé lundi 7 mars, s'il est réélu, à supprimer la redevance télé. En 1987, cet impôt faisait sa propre publicité.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 08.03.2022
La redevance télé fait sa pub - 1987 - 02:18 - vidéo
 

L'ACTU

Emmanuel Macron s'est engagé lundi 7 mars, s'il était réélu, à supprimer la redevance télé. Une suppression «cohérente» selon lui avec celle de la taxe d'habitation, l'une des mesures phares de sa campagne en 2017.

«On a besoin d'un audiovisuel public fort dans un contexte de désinformation, dans un contexte où les géants du numérique font circuler des informations qui ne sont pas toujours sourcées, on a besoin d'un audiovisuel public parce qu'il participe aussi à la création française», a ensuite assuré mardi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, écartant la mise en danger du financement et de l'indépendance de l'audiovisuel public.

LES ARCHIVES

Nous sommes en 1987 et la télévision publique fait sa publicité pour elle-même et ses programmes, mais aussi pour la redevance. «Toutes les émotions pour 1 franc 38 par jour, c'est ça la redevance !», louait le spot, un tant soit peu décalé,  visible en tête de cet article.

A l'époque, 18 millions de propriétaires de télévision payaient donc 1,38 franc par jour. Ce qui en fin d'année représentait 7 milliards de francs de redevance, soit près de 1,9 milliard d'euros d'aujourd'hui. En 2022, la taxe de 138 euros par foyer détenant un téléviseur doit rapporter 3,2 milliards d'euros nets.

En 1987, cette manne permettait de financer en partie Antenne 2, FR3, Radio France, RFi,  Radio France Outre-mer, la 7e chaîne et la SFP mais aussi Antiope,  l'INA - «la mémoire de la télévision», comme le dit le commentaire de ce sujet - et TDF. Pour Antenne 2 par exemple, le reste des ressources provenait de la publicité. François Léotard,  ministre de la Culture et de la Communication, arguait que la publicité n'était pas réservée uniquement aux chaînes privées. «Chacune, privée ou publique, doit trouver son marché publicitaire selon ce qu'elle a à dire», dit-il.

Ci-dessous, ce reportage rappelle que la redevance sur les téléviseurs est née en 1949 - dès 1933,  elle ne concernait que les postes de radio - et qu'il a souvent fallu convaincre les Français de ses bienfaits. «Elle est nécessaire mais toujours trop chère pour celui qui la paie», «Je suis bête mais je la paie !» entend-on dans les réactions des passants interrogés. 

Histoire de la redevance TV
2002 - 01:30 - vidéo

La redevance est aujourd'hui la principale source de financement des entreprises de l'audiovisuel public : France Télévisions, Radio France, Arte, France Médias Monde (France 24 et RFI), TV5 Monde et l'INA. En 2019, Gérald Darmanin, alors ministre des Comptes publics, avait déjà évoqué sa suppression.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.