Aller au contenu principal
Burkina Faso : Thomas Sankara, le "Che Guevara" africain  

Burkina Faso : Thomas Sankara, le "Che Guevara" africain  

Lundi 25 octobre, le procès des meurtriers présumés de Thomas Sankara, tué lors d’un coup d’Etat en 1987, s'est ouvert à Ouagadougou au Burkina Faso. Pendant 4 ans, l’ancien président Burkinabé a multiplié les mesures progressistes dans son pays. Mais son discours révolutionnaire et anticolonialiste a aussi dérangé à l’étranger.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 25.10.2021
Thomas Sankara, le "Che Guevara" africain - 2021 - 02:53 - vidéo
 

Lundi 25 octobre 2021 s'est ouvert un procès à Ouagadougou au Burkina Faso. Celui des auteurs présumés du meurtre de Thomas Sankara, tué lors d’un coup d’Etat en 1987. Pendant 4 ans, l’ancien président Burkinabé a multiplié les mesures progressistes dans son pays. Mais son discours révolutionnaire et anticolonialiste a aussi dérangé à l’étranger. Un homme intègre pour certains, un président gênant pour d’autres. Thomas Sankara, ce sont 4 années à la tête du Burkina Faso, de 1983 à 1987. Et un surnom, celui du “Che Guevara africain”. 

Août 1983, à 33 ans, Thomas Sankara arrive au pouvoir après un coup d’Etat, mené par son ami Blaise Compaoré. A l’époque, le pays, une ancienne colonie française, s’appelle la Haute-Volta. Populaire, nationaliste, souriant, le capitaine au béret rouge se veut proche du peuple. A peine au pouvoir, le révolutionnaire veut rompre avec le passé. La corruption politique, c’est terminé. Lui-même vit simplement avec sa famille dans un palais présidentiel délabré. 

Un réformateur qui dérange

Autre changement, et d’importance. En 1985, le chef de l’Etat modifie le nom de la Haute-Volta. Place au Burkina Faso ! Pourquoi ? Thomas Sankara en expliquait la raison en 1986 : “C’est un nom qui ne nous renvoie qu’à un passé colonialiste. Par contre, Burkina Faso est un nom puisé dans le terroir qui a une signification dans notre langue qui veut dire : 'Patrie des hommes honnêtes'.” Thomas Sankara multiplie les mesures. Il lance des campagnes de vaccination, prône l’autosuffisance alimentaire. Même ses hommes vont récolter dans les champs.  Autre combat : l’émancipation des femmes. Thomas Sankara est un précurseur en Afrique. Il féminise son gouvernement, crée une Semaine de la Femme. 

Mais Thomas Sankara est aussi critiqué. Notamment à l’étranger. Les autres chefs d’Etat africains se méfient de lui, ils ne veulent pas d’une révolution dans leur pays. Avec François Mitterrand, les relations sont tendues. Le président français n’apprécie pas du tout le discours anticolonialiste de son homologue Burkinabé. Il lui fait savoir en 1986 ! "C’est un homme un peu dérangeant le président Sankara. Non, c’est vrai, il vous titille. Il pose des questions", déclarera-t-il alors.

 Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara est tué par un commando lors d’un coup d’Etat. 34 ans après, le procès des auteurs présumés s’est ouvert. Et sur le banc des 14 accusés, l’ancien ami intime de Thomas Sankara, Blaise Compaoré.

Pour les créateurs de contenus

Les équipes de mediaclip, une offre de l'INA pour les pros, ont sélectionné cette archive de Thomas Sankara quand il évoquait l'émancipation féminine.

 

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.