Aller au contenu principal
«Je suis malade», le tube de Serge Lama inspiré d'un chagrin d'amour

«Je suis malade», le tube de Serge Lama inspiré d'un chagrin d'amour

Serge Lama a annoncé prendre sa retraite de la chanson après 60 ans de carrière. En cause, son corps qui le fait trop souffrir. Son prochain album qui sortira le 7 octobre sera donc le dernier. La souffrance, tant physique que morale, l’artiste l’a beaucoup chantée dans ses nombreux succès, en particulier dans ce titre emblématique interprété ici en 1975.

Par Florence Dartois - Publié le 16.09.2022
Serge Lama "Je suis malade" - 1975 - 03:51 - vidéo
 

Dans une interview accordée  nos confrères de RTL le 16 septembre 2022, Serge Lama a annoncé mettre un terme à carrière après 60 ans de scène à cause de terribles souffrances physiques, « Il y a un moment où les choses s'arrêtent. Il faut savoir qu'on vieillit. Mon corps me fait beaucoup souffrir », a-t-il déclaré.

Son prochain album Aimer, qui sortira le 7 octobre sera donc le dernier. « C'est mon dernier album, mais je voulais qu'il rejoigne cet album mythique, 'Rouge'. C'est un disque qui parle d'amour, 'Je suis malade' est une chanson d'amour et tout le disque ne contient presque que des chansons qui parlent d'amour », a-t-il ajouté évoquant la chanson qui marqua sa carrière, car la souffrance, tant physique que morale, l’artiste l’a beaucoup chantée dans ses nombreux succès, notamment dans Je suis malade. C'est ce titre emblématique de son répertoire que nous vous proposons de réentendre en tête d'article.

L'histoire derrière la chanson

La chanson Je suis malade est sortie en 1973. Serge Lama en a écrit les paroles et Alice Dona la musique. Ce titre est très personnel et raconte un chagrin d’amour vécu par le chanteur à cause d'une relation passionnelle, et illégitime, qu’il entretenait avec Michèle Potier, rencontrée en 1969. Mariés chacun de leur côté les deux amants allaient vivre cet amour secret durant plusieurs années. Lorsque Michèle décide de le quitter, elle le laisse anéanti. Le chanteur confie alors son désespoir à son amie la compositrice Alice Dona : « Cette histoire me fait mal, ça me rend malade ». C’est cette phrase qui inspirera à Alice Dona une musique tellement intense que Serge Lama trouvera enfin les mots pour exprimer sa souffrance.

Les paroles de la chanson seront écrites en quelques minutes seulement, comme il le racontait à BFMTV en 2017 : « Les 80% de la chanson je les ai écrits en 20 minutes, c'est presque une honte [...] ça m'est tellement sorti du cœur que j'ai [...] tout de suite senti que cette chanson avait quelque chose que les autres n'avaient pas. »

Si cette chanson était une évidence pour l’artiste, elle ne l’a pas tout de suite été pour sa maison de disque Philips qui l’a sortie en face B du 45t Les petites femmes de Pigalle. Finalement, c’est Dalida, très touchée par ce texte, qui la fera connaître du public en l’intégrant à son album Julien, sorti lui aussi en 1973.

A partir de cet instant, Je suis malade allait connaître un énorme succès, se vendant à plus d’un million d’exemplaires. Toujours placé en bonne place dans les tours de chant de Serge Lama, la chanson lui valu un triomphe en 1974, alors qu'après l'avoir interprétée a capella, sans musique et sans micro, le chanteur fut acclamé plusieurs minutes par le public.

L’histoire s'est bien terminée puisque Serge Lama et Michèle Potier se sont retrouvés quelques années après leur rupture. Ils se sont mariés et ont eu un fils ensemble en 1981. Le couple ne s'est séparé qu'en 2016, avec la mort de Michèle.

La genèse de la chanson racontée par Alice Dona

Les cinq dernières minutes : Alice Dona
2014 - 07:12 - vidéo

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.