Aller au contenu principal
La fin des rues sans nom !

La fin des rues sans nom !

À partir du 1er juin 2024, les communes de moins de 2000 habitants ont l’obligation de nommer et numéroter leurs rues. La question des rues sans noms est un problème récurrent pour de nombreux corps de métiers, comme les facteurs, artisans ou encore les secouristes.

Par Léo Brachet - Publié le 31.05.2024
La fin des rues sans nom ! - 2024 - 00:00 - vidéo
 

Fin 2021, 15% des rues françaises, c’est-à-dire 350.000 voies communales, n'avaient pas de noms de rues. En 1973 déjà, le maire de Milizac dans le Finistère avait décidé de renommer les rues des hameaux et lieux-dits du village, suite à de nombreuses difficultés lors des distributions de courriers.

Cette absence d’adressage dans les hameaux et les lieux-dits peut aussi s’avérer dramatique lors de situations d’urgence, comme lorsque Guy Robert, habitant de Vacheresse en Haute-Savoie, a dû appeler les secours suite à un infarctus en février 2014.

La fin des rues sans nom a néanmoins un coût pour les édiles des petites communes : le maire de La Croisille-sur-Briance (Haute-Vienne) a ainsi dû nommer 150 rues dans son bourg, pour un coût de 40 000 euros, soit 7% de son budget annuel.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.