Aller au contenu principal
Retraites : jusqu’à quel âge est-on en bonne santé ? 

Retraites : jusqu’à quel âge est-on en bonne santé ? 

La prochaine réforme des retraites prévoit de repousser l’âge de départ à la retraite. Pour justifier cet allongement, l’un des arguments phares, c’est l’allongement de l’espérance de vie. On vit plus vieux, mais est-on toujours en bonne santé pour pouvoir profiter de sa retraite ?

Par la rédaction de l'INA - Publié le 13.01.2023
 

L'ACTU.

Le gouvernement d’Élisabeth Borne veut faire reculer l'âge de départ à la retraite, de 62 ans aujourd'hui à 64 ans demain. Et la durée de cotisation requise pour bénéficier d'une retraite à taux plein atteindra 43 ans d'ici 2027, soit 8 ans plus tôt que ce que les précédentes réformes prévoyaient.

Ces modifications, justifiées par une nécessité de limiter le déficit du système des retraites, risques d’entraîner des contestations, huit des principaux syndicats ont d'ores et déjà appelé à la grève le 19 janvier prochain.

LES ARCHIVES.

« S'il la donne à 65 ans, c'est trop vieux, tout le monde n’arrive pas à en profiter de la retraite », s'exclamait un jeune homme en 1962. Déjà, la question était sur la table : qui profite vraiment de sa retraite ?

En 1981, cette ouvrière disait, avec un air fatigué : « J’aurais bien voulu avoir ma retraite maintenant, à 60 ans. Pour mes vieux jours, je voudrais bien encore être heureux avec mon mari. Si peu qu’on ait encore à vivre. »

Pour tenter d’y voir plus clair, regardons l’évolution de l’âge moyen de départ à la retraite des Français. En 1963, les Français avaient 63,8 ans à la fin de leur carrière. Aujourd'hui, ce chiffre est légèrement plus bas : 62,9 ans en moyenne au départ à la retraite.

Sur la période, cet âge moyen de départ en retraite fut au maximum à 64,1 ans en 1977 et à 61 ans en 2006. Un chiffre qui n'a donc pas beaucoup évolué contrairement à l’espérance de vie. Car c’est indéniable, on vit plus longtemps. Les Français, hommes et femmes confondus, ont gagné environ douze années de vie en plus depuis 60 ans. D'après le graphe du montage ci-dessus, l'espérance de vie des femmes est passé de 73,8 ans en 1963 à 85,4 ans aujourd'hui. Pour les hommes, il est passé dans le même temps de 66,8 à 79,3 ans.

Travailler plus, « ce n'est pas ça le progrès »

En 2001, Jacqueline, une salariée proche de la retraite s'insurgeait : « On nous dit qu’on vit plus longtemps et donc si on vit plus longtemps, on doit travailler plus longtemps, mais ce n'est pas ça le progrès. On fait des choses absolument exceptionnelles, la génétique fait des progrès sensationnels, et nous on serait obligés d’aller travailler comme des larbins jusqu’à 70 ans. »

« Travailler comme des larbins jusqu’à 70 ans » : ces mots n'étaient pas ceux d'hommes politiques. Mais ces dernières années, presque tous les gouvernements ont suivi cette logique. Comme François Fillon, ministre du Travail, en 2004. « Comme on va vivre plus longtemps, il va falloir travailler plus longtemps. » Vivre plus pour travailler plus, c’est le vœu pieux des politiques. Dans les faits, les Français ne partent pas plus tard à la retraite. Car il y a un point essentiel qui est oublié : l’état de santé des Français.

Depuis 2004, l’espérance de vie en bonne santé stagne entre environ 61 et 64 ans pour les hommes, 64 et 66 ans pour les femmes. Et en comparant ces courbes à celle de l’âge de départ à la retraite, elles coïncident. Travailler plus longtemps, car l’espérance de vie augmente ? Un argument dont on ne peut pas se contenter. Car pour pouvoir travailler plus, faut-il encore être toujours en bonne santé.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.