Aller au contenu principal
La redevance télé, c'est quoi ?

La redevance télé, c'est quoi ?

L'audiovisuel public a été perturbé mardi 28 juin par un mouvement de grève contre la suppression de la redevance voulue par le gouvernement dès cet automne. Créée en 1949, cette taxe sert à financer une partie du budget des antennes des radios et des chaînes de télé. Explications en archives.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.05.2022 - Mis à jour le 28.06.2022
La redevance télé, c'est quoi ? - 2022 - 02:36 - vidéo
 

La redevance télé, ou contribution à l’audiovisuel public, existe depuis 1949. Le principe en est simple : chaque Français détenteur d’un poste de télévision la paye.

Cet impôt vise à financer une partie du budget de la télé publique. D’abord la RTF, à partir de 1954, puis l’ORTF, dix ans plus tard. En 1967, Jacques-Bernard Dupont, PDG de l’ORTF de 1964 à 1968, explique que « les entrées, c’est à 95% ce que paient les auditeurs et les téléspectateurs. Autrement dit, l’essentiel de nos ressources, c’est la redevance.»

1975, l’ORTF éclate. 7 sociétés la remplacent, dont TF1, Antenne 2 ou encore l’INA. La redevance télé continue de financer une partie de leur budget.

11 ans plus tard, en 1986, TF1 devient privée, donc financée par la publicité, et non plus par la redevance. Résultat, la contribution à l’audiovisuel public diminue.

Un impôt mal perçu

Depuis sa création, la redevance télé se retrouve souvent au cœur des débats. Des politiques veulent l’augmenter, d’autres la supprimer, voire la remplacer. Comme en 2000. Un rapport parlementaire juge cette taxe trop archaïque, injuste et coûteuse. Que mettre à la place ? Une taxe sur les jeux selon le député PS de l'Isère, Didier Migaud : « Nous ne proposons pas un impôt supplémentaire. Nous proposons d’affecter une autre recette de l’Etat qui soit affectée au soutien du service public audiovisuel. »

Aucune suite n’est donnée à ce rapport. A partir de 2005, petit changement pour les contribuables : la redevance est adossée à la taxe d’habitation. Le but, piéger les fraudeurs, comme l'explique en 2004 Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat au Budget et à la Réforme budgétaire en 2004 : « C’est un impôt qui est mal perçu. Donc avec Nicolas Sarkozy, on s’est dit que chaque personne qui est locataire d’un appartement ou d’une maison, on peut penser, sauf si elle nous dit le contraire, qu’elle a une télé. »

En 2021, 23 millions de foyers étaient assujettis à la redevance. Son coût, 138 euros par an pour la métropole, 88 pour l’outre-mer.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.