Aller au contenu principal
La recette gagnante de Rafael Nadal à Roland-Garros en 2006

La recette gagnante de Rafael Nadal à Roland-Garros en 2006

Alors que Rafael Nadal a perdu contre l'Allemand Alexander Zverev, signant son dernier match sur la terre battue parisienne, retour sur ses années de gloire porte d'Auteuil. Notamment 2006, une année exceptionnelle pour Rafael Nadal à Roland-Garros : il avait fait sensation... et provoqué quelques jalousies.

Par Florence Dartois - Publié le 27.05.2024
Rafael Nadal à Roland Garros - 2006 - 02:33 - vidéo
 

Entre l'Espagnol de 38 ans et Roland-Garros, c'est une longue histoire d'amour née depuis sa première participation victorieuse en 2005. À l'époque, sa réputation de phénomène l'avait précédé. À l'issue du premier tour et interrogé par Nelson Monfort (en espagnol) il expliquait apprécier l’ambiance qui régnait porte d'Auteuil et se déclarait heureux de jouer ce tournoi.

Sa victoire, pour sa première participation au tournoi, lui conférait définitivement le statut de prodige du tennis, adulée du public français. Et la belle histoire qui avait débuté en 2005, s'est poursuivie jusqu'à aujourd'hui, avec une collection de records. En effet, vainqueur à 14 reprises, le tennisman est le détenteur d'une grande majorité des records du tournoi parisien. En 18 participations, Rafael Nadal n'a perdu que trois fois : contre le Suédois Robin Soderling en 2009 et face à Novak Djokovic en 2015 et 2021. Avec 112 victoires en 115 matchs, celui que l'on surnomme le « taureau de Manacor » affiche un taux de victoire de 97,3 % !

Parmi toutes ses participations au tournoi de terre battue, nous avons choisi de revenir sur l'édition 2006 dans laquelle la « surpuissance » de Nadal avait frappé les commentateurs.

L'ARCHIVE.

L'archive disponible en tête d'article illustre bien la ferveur qui régnait autour de ce jeune joueur espagnol, originaire de Majorque. Il s'agit d'un reportage diffusé dans le 19-20 de France 3 le 29 mai 2006. Rafael Nadal rencontrait le suédois Robin Soderling et se battait sur la terre battue pour remporter son 54e match d'affilée, ce qui aurait été un record.

La victoire n'était pas encore acquise, mais semblait à portée de raquette, à en juger par les commentaires à la fois admiratifs et sidérés par tant d'habileté et de force physique. À l'image de celui de la journaliste en guise de lancement : « L'Espagnol a une fois de plus fait usage de sa puissance, symbolisée par des bras à la musculature presque suspecte... ».

Au fil des ans, les caméras l'avaient vu s'améliorer et se transformer physiquement. Le jeune homme semblait invincible et le commentaire soulignait, lui, le contraste entre le Rafael Nadal, frêle adolescent qui disputait le tournoi des petits as à Tarbes en 2000, date de sa première apparition à la télé française, et le Nadal de 2006, « musculeux et surpuissant ». Sa transformation physique était au centre des interrogations.

En 2000, les images d'archives dévoilaient un gamin de 14 ans, déterminé, mais fluet, que l'on retrouve longuement dans le reportage ci-dessous diffusé dans le magazine de France 2 « Tout le sport ».

Tennis : tournoi des petit as
2000 - 00:28 - vidéo

En 2006, ce Nadal « surpuissant » suscitait autant d'admiration que d'interrogations : « C'est un Nadal métamorphosé physiquement qui affronte dès le premier tour le Suédois Robin Soderling ». À 19 ans, il possédait la force physique, la technique et faisait déjà figure de bourreau de travail au point de devenir « la terreur des Terriens ».

Interrogé sur cette transformation physique incroyable, Patrice Dominguez, directeur technique national Fédération française de tennis, expliquait que c'était une évolution physique normale : « C'était un adolescent, donc il est normal qu'il n'a pas eu, à cet âge-là, la même constitution qu'il a aujourd'hui. Et cette évolution, il la doit bien à trois ans supplémentaires de travail et de travail physique », précisait-il. Également interrogé dans ce reportage, Rémy Barbarin, préparateur physique de Gaël Monfils, le comparait à un boxeur stratège trouvant les bons moments dans le match pour s'imposer. Fabrice Santoro, à l'époque 50e joueur mondial, vantait lui ses qualités humaines, au point de devenir un exemple pour les jeunes.

Quelques jours plus tard, Rafael Nadal réalisait un nouvel exploit, il remportait un trophée, celui du plus grand nombre de victoires sur terre battue. L'avenir s'annonçait radieux.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.