Aller au contenu principal
Ces amoureux de Marcel Proust qui en perpétuent le souvenir

Ces amoureux de Marcel Proust qui en perpétuent le souvenir

Auteur majeur du XXe siècle, Marcel Proust est mort il y a 100 ans. Avec «À la recherche du temps perdu», l’écrivain avait proposé une littérature nouvelle, réflexion sur la mémoire et critique des milieux bourgeois qu'il a fréquentés. Depuis sa disparition, nombreux sont ceux qui font persister son œuvre et lui rendent hommage à intervalles réguliers.

Par Romane Sauvage - Publié le 18.11.2022
 

L'ACTU.

Né en 1871, Marcel Proust est mort il y a 100 ans, le 18 novembre 1922, des suites d'une bronchite mal-soignée. Son œuvre principale, À la recherche du temps perdu, est considérée comme l'un des plus grands écrits du XXe siècle. Elle s'intéresse à la mémoire et au temps. Cette somme dépeint également avec ironie une société bourgeoise en décrépitude. Son deuxième tome, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, fut l'objet du prix Goncourt en 1919. Son style nouveau, son processus d'écriture original et sa qualité de critique d'art valent à Marcel Proust une grande renommée nationale et internationale.

LES ARCHIVES.

Outre les spécialistes de la littérature, nombreux sont ceux qui vouent une grande admiration à l'œuvre de Marcel Proust et font perdurer son œuvre. Ainsi, pour les 100 ans de la naissance de l'auteur, le reportage en tête d'article filmait avec poésie la déambulation organisée par la Société des amis de Marcel Proust à Illiers-Combray, cette petite commune d'Eure-et -Loir qui inspira l'auteur. « 10 juillet 1871, il y a 100 ans naissait Marcel Proust. Depuis près d'un demi-siècle les admirateurs de Proust se rendent chaque année à Illiers », introduisait le reportage. Et poursuivait : « C'est une sorte de pèlerinage, qui empruntant des itinéraires gorgés de souvenirs, fait découvrir à ses participants cette campagne beauceronne qui a peu changé depuis l'époque où le jeune Marcel venait y passer ses vacances. » 

Les visiteurs traversaient ainsi « un monde (...) qui substitue pour eux a sa réalité actuelle les morceaux de paysages qui jadis flottèrent incertains dans la pensée de Marcel Proust. » Une révolution dans l'écriture, « décrivant le premier un univers réfléchi et déformé par l'esprit. »

Pour les enseignants et leurs élèves

Retrouvez sur Lumni enseignement un dossier thématique sur l'auteur et une archive de Céleste Albaret, la servante de Marcel Proust.

La tombée dans le domaine public de l'œuvre de Proust permit au public de la (re)découvrir. Dans l'archive ci-dessous de 1988, la présentatrice expliquait : « les éditeurs rivalisent d'ingéniosité pour rééditer l'œuvre majeure de la littérature du XXe siècle, but de l’opération : sortir Proust du cénacle des spécialistes. » En témoignait l'afflux de lecteurs français et étrangers pour lire les manuscrits de l'auteur à la Bibliothèque nationale.

Le reportage se rendait à Illiers, où « la maison de tante Léonie attire-là en toute saison proustophile et proustolâtre », et s'interrogeait : « lorsqu'on voit ici rassemblés des souvenirs des photos de personnages d'un monde si éloigné du leur, on se demande ce qui touche les plus jeunes, des fanatiques de Marcel Proust. » Deux jeunes gens évoquaient leur passion pour ses écrits à valeur universelle : « il y a un peu un envoûtement », « dans certaines situations (...), enfin, on s'identifie complètement au héro de La recherche du temps perdu. » 

Une œuvre intemporelle, donc.

Les admirateurs de Proust
1988 - 03:07 - vidéo

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.