Aller au contenu principal
Pédophilie dans l'Église : les affaires Preynat et Barbarin en 2016

Pédophilie dans l'Église : les affaires Preynat et Barbarin en 2016

Bernard Preynat, un ancien prêtre condamné pour agressions sexuelles sur mineurs en 2020, a été retrouvé mort le 23 juin 2024. L'affaire pédocriminelle pour laquelle il a été condamné est l'une des plus importantes en France. Elle est à l'origine de l'affaire Barbarin, du nom du cardinal du diocèse de Lyon où le père Preynat exerçait, et de la fin d'une omerta sur les abus sexuels sur mineurs dans l'Église catholique en France.

Par Romane Laignel Sauvage - Publié le 24.06.2024
 

C'est l'un des plus grands scandales de pédocriminalité dans l'Église catholique française. En 2016, les affaires Preynat puis Barbarin menèrent à la fin d'une omerta. « Le prêtre est accusé d'actes pédophiles et de viols sur enfants. Une soixantaine de victimes recensées jusqu'à aujourd'hui. » En janvier 2016, d’anciens scouts de la paroisse de Sainte-Foy-Lès-Lyon dénonçaient des faits d’agressions sexuelles commis par le père Bernard Preynat, pendant 20 ans, du début des années 1970 au début des années 1990. L'archive en tête d'article parlait alors d'un véritable « tsunami médiatique ».

Pierre-Emmanuel Germain-Thill témoignait dans cet extrait des agissements de Bernard Preynat, qu'il n'avait pas osé dénoncer à l'époque. Avec François Devaux et d'autres victimes, il fondait l’association La Parole libérée, dont il fut le porte-parole. Ils récoltaient de nombreux témoignages.

Dès les premiers mois après l'éclatement de l'affaire, comme on l’entend dans l'archive, quatre personnes déposaient plainte et le père Preynat était mis en examen pour atteinte sexuelle sur mineurs. « En garde à vue, il reconnait les agressions, avoue même trois viols aujourd'hui prescrit et précise que ses supérieurs étaient au courant de ses penchants ». Le procès canonique de Bernard Preynat avait lieu en 2017 et en juillet 2019, le tribunal ecclésiastique lui retirait sa qualité de prêtre.

Et les victimes de s'interroger : « Comment les agissements pédophiles du père Preynat ont-ils pu perdurer si longtemps ? »

L’affaire Preynat en entraînait donc une autre : celle du cardinal Barbarin. Au courant des actes pédocriminels de Bernard Preynat, prêtre dans son diocèse, Philippe Barbarin était accusé de ne pas les avoir dénoncés à la justice. L’archevêque fut jugé en 2019 et condamné à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’abus sexuels. En 2020, l’archevêque présentait à nouveau sa démission au pape François, qui le lui avait refusée quelques mois auparavant.

Malgré la déception, François Devaux, cofondateur de La Parole libérée, témoignait d'une avancée dans l'archive ci-dessous : « De tout ça émerge quand même une certaine conscience et un discernement qui a fait défaut pendant une certain laps de temps ».

En parallèle, en mars 2020, Bernard Preynat était condamné à cinq ans de prison ferme pour agressions sexuelles sur mineurs. Il ne sera incarcéré que 20 mois plus tard.

En 2021, le « rapport Sauvé » estimait à près de 330 000 le nombre de mineurs ayant fait l’objet de violences sexuelles depuis 1950 de la part de personnes en lien avec l'Église.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.