Aller au contenu principal
Poutine en 2005  : « L’Ukraine pourrait avoir des problèmes, je le dis franchement »

Poutine en 2005  : « L’Ukraine pourrait avoir des problèmes, je le dis franchement »

Cette phrase a été prononcée il y a dix-sept ans par le président russe. Une menace à peine voilée, en cas d'intégration de l'Ukraine à l'Otan. Ce jeudi matin, Poutine a lancé une attaque militaire contre son voisin.  

Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.02.2022
Entretien Vladimir Poutine - 2005 - 03:36 - vidéo
 

Cette phrase prononcée en mai 2005 résonne aujourd’hui comme une sentence prémonitoire. En cas d’intégration à l’Otan, «l’Ukraine pourrait avoir des problèmes, je le dis franchement ». Une menace signée Vladimir Poutine, extraite de l’interview ci-dessus, accordée à la télé française il y a presque dix-sept ans.

Le président russe n’a pas attendu que le souhait de l’Ukraine d’intégrer l’Otan se réalise. Ce jeudi 24 février au matin, il a lancé une attaque militaire contre son voisin. « J'ai pris la décision d'une opération militaire spéciale. (...) Nous nous efforcerons d'arriver à une démilitarisation et une dénazification de l'Ukraine », a clamé le maître du Kremlin, multipliant les éléments de langage pour justifier son intervention militaire.

Démilitariser le pays et empêcher l'élargissement de l'Otan aux pays limitrophes de la Russie est une obsession du leader russe depuis de nombreuses années. En 2005, cette question était déjà au centre de ses préoccupations.

«Certains problèmes pourraient surgir»

L'archive en tête d'article est un extrait d'une interview que le Vladimir Poutine avait accordé à Christian Malard pour la télévision française le 7 mai 2005, à l'occasion des cérémonies de commémoration de la capitulation de l'Allemagne nazie, le 9 mai, à Moscou, en présence de nombreux chefs d'Etat étrangers. Dans cet entretien, le président russe se voulait conciliant et rassurant. Après être revenu sur les accusations concernant son autoritarisme, il revenait sur sa coopération et sa collaboration avec l'Union européenne. Mais surtout il évoquait ses craintes sur l'élargissement de l'Otan à d'autres pays du bloc de l'Est, particulièrement à l'Ukraine.

A l'époque, il précisait que l'influence de l’Otan sur l'Ukraine et la Géorgie ne l'indisposait pas, tout en précisant qu'en revanche, « tout élargissement de l'Otan n’améliorerait pas la sécurité du monde ». Il se montrait rassurant cependant : « Cela dit, si d’autres républiques de l’ex-URSS adhérent à l’Otan, nous respecterons leur choix. C’est leur droit souverain en matière de défense. » Mais il ajoutait un bémol concernant l'Ukraine : « Certains problèmes pourraient surgir en matière de coopération militaire avec l’Ukraine, qui est énorme ».

Cet élargissement l’inquiétait et il mettait en garde : « S’il devait y avoir une présence militaire de l’Otan en Ukraine, je n’y maintiendrai plus nos technologies de pointe et nos armements sensibles ». Il concluait alors sur cet avertissement à peine déguisé : « L’Ukraine pourrait avoir des problèmes, je le dis franchement. » Tout en finissant sur une note plus conciliante, déclarant vouloir tourner la page de la guerre froide et aspirer « à la concorde et à la compréhension ».

Revoir l'intégralité de l'interview

 

Entretien Vladimir Poutine
2005 - 03:36 - vidéo

Pour les créateurs de contenus

Vous souhaitez créer des contenus sur Vladimir Poutine ? Un dossier de clips sur le président russe et un dossier sur les relations entre la Russie et l'Ukraine sont disponibles sur mediaclip, notre offre réservée aux professionnels des médias et de la création.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.