Aller au contenu principal
Périphérique ou métro : la crainte des arbres arrachés

Périphérique ou métro : la crainte des arbres arrachés

L'enquête publique sur la prolongation de la ligne 1 du métro parisien vers Val-de-Fontenay a débuté lundi 31 janvier, alors qu'une pétition réunissant 62 000 signatures dénonce les dommages causés au bois de Vincennes par le futur tronçon. Une polémique qui fait écho aux travaux qui avaient été réalisés au début des années 1970 pour le périphérique. 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 31.01.2022
 

Le projet de prolongation de la ligne 1 du métro parisien au-delà de Vincennes, pour desservir les communes de Fontenay-sous-Bois et de Montreuil, fait l'objet à partir du lundi 31 janvier d'une enquête publique. 

Le chantier, dont le coût est estimé à plus de 1,3 milliard d’euros, selon Île-de-France Mobilités, doit aboutir en 2035. Pour relier la gare de RER de Val-de-Fontenay, futur terminus, la ligne 1 desservira deux nouvelles stations, l'une à Fontenay-sous-Bois, Les Rigollots, et l'autre à Montreuil, Grands Pêchers. 

Chantier souhaité par l'ensemble des communes de l'Est parisien comme solution de désenclavement de quartiers éloignés des transports en commun, la prolongation de la ligne 1 pose néanmoins problème sur le tronçon situé en lisière du bois de Vincennes. 

Selon France 3 Ile-de-France, une pétition en ligne a été lancée par le collectif « Touche pas à mon Bois », sur le site Change.org. Le texte, qui réunit à ce stade plus de 62 000 signatures, dénonce un risque de déboisement et un possible « massacre du bois de Vincennes » : « Les promoteurs du projet ont décidé de creuser le puits de sortie du tunnelier et une large partie du tunnel à ciel ouvert, dans le bois de Vincennes. L’emprise du chantier dans le bois est estimée à 20 000 m2 (la superficie d'environ 100 terrains de tennis) qui vont être déboisés et partiellement bétonnés. Des milliers d’arbres, dont certains plus que centenaires, vont être abattus ! »

Les défenseurs du projet se veulent rassurants, mettant en avant la replantation des arbres arrachés. Ainsi pour Sylvain Blanquet, président de l’association Métro Rigollots Val-de-Fontenay, interviewé par France 3 Ile-de-France, « trois arbres devront être replantés pour chaque arbre abattu (...) Tout cela doit bénéficier au bois de Vincennes. »

« Dommages »

La polémique fait écho aux empiétements sur les bois de Vincennes et de Boulogne nécessaires à la construite du périphérique, au début des années 1970. 

Dans cet extrait diffusé le 30 mars 1971, issu de l'émission « Aujourd'hui Madame », des riverains du bois de Boulogne font état de leur tristesse devant les centaines d'arbres arrachés : « Je suis navrée de voir que le bois de Boulogne est transformé de cette façon là, et dévasté. Alors j’aimerais beaucoup que l’on replante des arbres et que le dommage que l’on fait soit réduit au minimum », témoignait une habitante du quartier. 

Quelques années plus tôt, le préfet de Paris Maurice Doublet expliquait dans cette interview donnée le 29 mai 1967 que le projet de traverse du bois de Boulogne qui avait été retenu était « le moins mauvais de tous », et promettait de rendre le site plus pratique et plus esthétique pour les usagers du bois. 

Le 22 février 1971, ce reportage du Journal de Paris témoignait des efforts de l'administration « de ne pas défigurer le bois de Boulogne ».

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.