Aller au contenu principal
Passation de pouvoir et investiture : les deux rites de passage du président de la République

Passation de pouvoir et investiture : les deux rites de passage du président de la République

Poignée de mains entre ancien et nouveau président, transmission des codes d’accès de la frappe nucléaire, 21 coups de canons tirés, autant de traditions et de protocoles qui marquent toute la journée d’investiture d'un nouvel élu à la tête de la République. La passation et l'investiture représentent les deux temps forts de la prise de fonction d'un nouveau président.

Par Florence Dartois - Publié le 06.05.2022
Passations de pouvoir - 2017 - 03:08 - vidéo
 

Rituel de la vie politique française, la passation de pouvoir est un moment très symbolique qui marque le début du mandat du nouveau président de la République. Poignée de mains entre ancien et nouveau président, transmission des codes d’accès de la frappe nucléaire, 21 coups de canon tirés, autant de traditions et de protocoles qui marquent toute la journée d’investiture du nouvel élu.

L'archive en tête d'article présente une rétrospective de ce « sacre républicain », comme le qualifie Patrice Duhamel dans ce reportage, des présidents de la Ve République, du général de Gaulle à François Hollande. il s'agit bien là d'une cérémonie républicaine mais codifiée « comme le sacre le la Monarchie ». 

La passation de pouvoir

En France, la passation de pouvoirs du président de la République se déroule quelques jours après l'annonce des résultats de l'élection au cours d'une cérémonie solennelle et protocolaire. Le symbole de la continuité de l'Etat où un président arrive et l'autre s'en va. Janvier 1959, Charles De Gaulle, premier président de la Cinquième République succède à René Coty, il entre à l'Elysée jaquette et collier de Grand Maître de la Légion d'honneur sur le poitrail. Même solennité dix ans plus tard avec Georges Pompidou, accueilli par le président par intérim Alain Poher (le général de Gaulle a démissionné), "et comme à l'époque du Roi Soleil, c'est la musique de Lully qui l'accompagne», précise le commentaire sur des images de la cérémonie.

Changement de style en 1974. Un jeune président de 48 ans arrive à l'Elysée, Valéry Giscard d'Estaing veut incarner la modernité et arrive à pied à l'Elysée en costume de ville.

1981. François Mitterrand est le premier président socialiste de la Ve  République, « avec toujours la musique royal de Lully, c'est l'alternance dans la continuité ». 

Quatorze ans plus tard, affaibli par la maladie, il cède sa place à Jacques Chirac, « son éternel adversaire », qui le raccompagne respectueusement sur le perron de l'Elysée.

Le reportage précise que c'est lors de cette journée que l'ancien président dévoile les codes nucléaires à son remplaçant. Patrice Duhamel raconte une anecdote sur ces fameux codes, longtemps échangés « de manière artisanale ».

En 2007, avec l'arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir, c'est le style people qui entre à l'Elysée, avec une famille recomposée et ressortira cinq ans plus tard divorcé - et remarié - accueillant son successeur, François Hollande, lui-même en union libre. En 2012, l'ambiance est glaciale, François Hollande s'arrête sur le parvis de l'Élysée, tournant les talons avant que Nicolas Sarkozy ne soir reparti. « Beaucoup y ont vu un manque d'égards. Une sorte de rupture dans la tradition », conclut la journaliste.

L'investiture

Vient ensuite le temps de l'investiture, véritable moment d’adoubement, avec la proclamation officielle des résultats de l'élection par le président du Conseil constitutionnel, la remise du grand collier de la Légion d'honneur par le Grand Chancelier, symbole le l'accession à la plus haute fonction de l'État et enfin le discours du nouveau président. Ci-dessous, le discours prononcé par Emmanuel Macron le 14 mai 2017.

« Il m'appartiendra de convaincre les Françaises et les Français que notre pays, qui aujourd'hui semble mis à mal par les vents parfois contraires du cours du monde, porte en son sein toutes les ressources pour figurer au premier rang des nations » .

Le chef des armées

Définitivement investit, le président, désormais chef des armées, salue le drapeau et inspecte les troupes. Puis, comme un 14 juillet, il remonte les Champs-Élysées en voiture vers l'Arc de Triomphe. Il est alors escorté par la garde Républicaine et les « cavaliers » motorisés de la gendarmerie. seule exception, en 1974, Valéry Giscard d'Estaing, plus jeune président de la Ve République, choisit de remonter la célèbre avenue à pied et de prendre un bain de foule. Une archive à regarder ci-dessous.

Valéry Giscard d'Estaing : bain de foule
1974 - 05:12 - vidéo

L'élu dépose enfin une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu, à l'instar de François Hollande en 2012. Il s'est rendu devant la tombe du soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe à bord d'une voiture Citroën DS 5 à toit ouvrant. Malgré la pluie, le public était au rendez-vous.

Ce n'est qu'à la fin de l'après-midi que le nouveau président pourra alors enfin s’asseoir dans son fauteuil présidentiel. Un point de départ pour un quinquennat où le plus difficile restera à faire. 

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.