Aller au contenu principal
La télévision, la publicité et l'audience : les mots de Pascal Joséphe

La télévision, la publicité et l'audience : les mots de Pascal Joséphe

L'ancien directeur des antennes de plusieurs chaînes privées ou publiques est mort à l'âge de 68 ans. Il avait lancé plusieurs émissions emblématiques comme «Droit de réponse», «Taratata», «Le cercle de minuit», «Froufrou» ou «Bas les masques».

Par la rédaction de l'INA - Publié le 21.11.2022
Pascal Josèphe - 2008 - 04:47 - vidéo
 

Pascal Josèphe, directeur des antennes de plusieurs chaînes privées ou publiques, est mort à l'âge de 68 ans des suites d'une «maladie foudroyante», a annoncé le 20 novembre sa famille.

«Il y a des nouvelles que l'on aimerait ne jamais avoir à annoncer», a lancé la présentatrice du journal de France 2 de 13h, Leïla Kaddour, avant de fondre en larmes en direct en faisant part de ce décès.

À l'annonce de cette disparition, les réactions ont été nombreuses au sein du paysage audiovisuel français. La ministre de la Culture Rima Abdul Malak a déploré la perte «d'un grand professionnel qui a dédié sa vie au devoir d'information de nos concitoyens, à la transmission de la culture et l'ouverture au monde». Le président de l'INA Laurent Vallet a salué un professionnel «qui a mis son intelligence et son talent au service de l’audiovisuel public». Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, a loué «la mémoire d'un seigneur de la télévision publique».

Vétéran de l'audiovisuel

Consultant auprès de nombreux groupes de télévisions et de médias, Pascal Josèphe était un vétéran du secteur audiovisuel. Il avait notamment été directeur des antennes de TF1, La 5, France 2 et France 3 et un des responsables de l'agence médias Carat. Il avait aussi fondé son cabinet de consulting IMCA (International Média Consultants Associés) en 1994, racheté par le cabinet NPA.

Pascal Josèphe a contribué au lancement d'émissions télévisées marquantes telles «Droit de réponse», «Taratata», «Le cercle de minuit», «Froufrou», «Bas les masques», «Geopolis» ou la série L'Instit.

On le retrouve en 2008 dans l'archive en tête de cet article. À l'époque, déjà aux manettes de IMCA, il intervenait au sujet de la publicité dans les médias et de la nécessité d'une redevance pour financer l'audiovisuel public. «Il ne faut pas associer publicité et quête de l'audience», dit-il, estimant que la redevance devrait financer totalement l'audiovisuel public. Cette même année 2008, Pascal Josèphe avait publié un essai sur l’avènement de l’ère de l’immédiateté, La société immédiate.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.