Aller au contenu principal
Ötzi, l'homme des glaces venu du Néolithique

Ötzi, l'homme des glaces venu du Néolithique

Le 19 septembre 1991, des randonneurs découvraient par hasard le corps d'un homme sur un glacier des Alpes de l'Ötztal en Italie. Trente ans après, les analyses menées sur la dépouille ont révélé bien des secrets sur l'origine et l'histoire de cet homme.

Par Florence Dartois - Publié le 17.09.2021
Momie autrichienne - 1991 - 01:08 - vidéo
 

19 septembre 1991, le corps d'un homme gelé est découvert allongé à plat-ventre au bord d’un lac situé, à environ 3000 mètres d’altitude dans les Alpes de l’Ötztal, à la frontière austro-italienne. A l'époque, les chercheurs sur place pensent qu'il s'agit d'un alpiniste mort par accident. On ne connait pas encore son âge ni la date de son décès.

L'archive en tête d'article, diffusée le 24 septembre 1991, présente les premières images de son extraction du sol gelé. La journaliste possède peu d'informations, si ce n'est qu'il serait mort "il y a sans doute plus d'un siècle". Sur les circonstances, les chercheurs émettent déjà des hypothèses : "Partiellement nu, l'homme semble être décédé dans des circonstances dramatiques puisqu'il porte des traces de blessures à la tête et dans le dos". Ses vêtements ont été particulièrement bien préservés par la glace, ce qui donne déjà une très bonne idée de ce qu'il portait : "Un pantalon de cuir dont le bas était rempli de foin pour le protéger du froid. Ses pieds étaient entourés de lanières de cuir et il portait à la main une hache artisanale". A l'époque de sa découverte, les spécialistes sont partagés, certains pensent qu'il est mort il y a près de 500 ans, d'autres jugent "qu'il est invraisemblable qu'il ait pu rester aussi longtemps prisonnier des glaces…". Le corps extrait de la gangue allait être porté à l'Institut médico-légal d'Innsbruck pour être autopsié.

Cette seconde vidéo ci-dessous du 25 septembre 1991 revient sur la découverte de celui qu'on surnomme alors "Hibernatus", en référence au film d'Edouard Molinaro. Selon les premières analyses réalisées à l'Institut médico-légal d'Innsbruck, le cadavre momifié retrouvé sur le glacier de Similaun en Autriche n'aurait pas quelques centaines d'années comme on le pensait mais beaucoup plus...

La momie naturelle la plus ancienne jamais trouvée

Selon les premiers  examens, la momie daterait de l'âge du bronze, les savants estimant son âge à environ 4000 ans ! Une découverte scientifique inouïe. Cette estimation a été réalisée grâce aux objets retrouvés sur le corps : une hache, un couteau, une pierre à feu et des souliers de peau fourrés de foin. "Autant d''indices de l'âge de bronze". Le mystère autour de ce corps qui aurait passé plusieurs millénaires dans son tombeau de glace allait passionner les scientifiques. Interrogé, Jean-Louis Heim du Musée de l'Homme, envisage déjà ce que pourrait apporter cette découverte en matière d'anthropologie : "C'est une découverte émouvante (...) Ce que ça va apporter à la science c'est d'abord une connaissance de parties cutanées et périssables du corps humain, d'un corps humain qui a quand même 4000 ans, qui a été conservé dans des conditions qui sont naturelles et non pas artificielles comme dans le cas d'une momie, donc un corps à l'état brut !"

De fait, celui que l'on baptise désormais Ötzi va subir plusieurs années d'examens. Son portrait se précise au gré des analyses : il mesurait 158 cm pour environ 40 kilos et était âgé de 46 ans.  En février 1995, Jean Pierre Mohen, directeur du Laboratoire de recherche des musées de France, présente les résultats de quatre ans de travaux. Une datation au carbone 14 sur ses effets personnels a révélé qu'"Hibernatus" avait vécu il y a 5 200 ans (3350-3110 av. J.-C.) et aurait appartenu à une civilisation d'Italie du Nord.

Hibernatus
1995 - 01:36 - vidéo

A quoi ressemblait Ötzi ?

"On a radiographié son thorax et on s'est aperçu qu'il avait deux côtes cassées. La lèvre est également fendue. On pense qu'il a participé à une bagarre et qu'il s'est enfui. Il avait une sorte de grand blouson en cuir de cerf et une grande cape en herbe, c'est tout à fait originale, de l'herbe nouée et tressée qui lui permettait de s'abriter de la pluie, mais qui lui permettait aussi, quand il était fatigué, de s'allonger sur le sol et de dormir." Il ajoute que c'est la hache en cuivre retrouvée près de lui qui a permis sa datation. Grâce à Ötzi, on  découvre que l'âge du cuivre avait débuté très tôt, 3000 ans avant J.C., les préhistoriens s'étaient trompés de 2000 ans.

En septembre 1996, le monde découvre enfin à quoi ressemblait Ötzi, un homme très proche de nous par l'apparence. Ausculté, radiographié, scanné sous toutes les coutures, le musée de l'homme réalise une première effigie en cire.

Hibernatus
1996 - 01:36 - vidéo

En 2012, nouveau rebondissement, et voilà comment Elise Lucet lançait l'information : "On pensait qu'Hibernatus nous avait délivré tous ses secrets... On connaissait déjà son dernier repas, son âge, son poids, ses tatouages... Les scientifiques britanniques viennent aussi de retrouver des globules rouges intacts dans le corps de l'homme des glaces, cinq mille ans après sa mort... Et on en sait plus sur les circonstances de son décès...". Des globules rouges intactes ont été retrouvés dans une plaie de sa main gauche et sous son omoplate. Une découverte logique pour Philippe Hénon de l'Institut de recherche hématologie et transplantation (Mulhouse),  déclarant qu'il était normal que l'on retrouve des globules rouges après cette période de congélation constante. On savait qu'avant sa mort Ötzi avait reçu une flèche en silex dans le dos mais la coagulation des globules révélaient un nouvel élément sur les circonstances de sa mort : il n'était pas mort sur le coup après avoir été frappé par une flèche mais avait agonisé.

Otzi avait encore des globules
2012 - 01:50 - vidéo

Depuis, d'autres analyses ont dévoilé d'autres détails étonnants sur cet homme des glaces. En premier lieu, son dernier repas était composé de viande séchée de bouquetin accompagnée de petit épeautre et d'un peu de fougères. Son groupe sanguin a pu être déterminé : il était O, il était aussi intolérant au lactose, il avait des caries, des parasites intestinaux, la maladie de Lyme. Ses genoux, ses hanches, ses épaules et son dos souffraient d'arthrose. Plus étrange encore, son corps portait 61 tatouages correspondant aux endroits de son ossature et de ses articulations où il avait des lésions. Certains de ses tatouages correspondent avec des points d'acupuncture connus. Détails qui laisseraient penser qu'il existait déjà à l'époque un certain savoir médical. Ötzi avait le nez cassé et il avait souffert de malnutrition dans les mois qui ont précédé sa mort. Un scanner a révélé qu'il souffrait de cardiopathie. Ce qui fait d'Ötzi le plus ancien cas connu.

La dépouille d’Ötzi, conservée au musée de Bolzano, attire quelque 260.000 visiteurs par an.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.