Aller au contenu principal
Pourquoi la Pologne est entrée dans l'Otan en 1999

Pourquoi la Pologne est entrée dans l'Otan en 1999

L'Otan a réuni ses ambassadeurs en urgence mercredi 16 novembre après une explosion en Pologne à la frontière avec l'Ukraine. Deux personnes sont mortes. Le pays était entré dans l'Otan en 1999, avec l'espoir de se protéger des potentielles tentatives de la Russie d'atteindre à sa souveraineté.

Par Romane Sauvage - Publié le 16.11.2022
OTAN : Pologne - 1994 - 03:11 - vidéo
 

L'ACTU.

Mardi 15 novembre, deux personnes sont mortes en Pologne après une explosion à la frontière avec l'Ukraine dont l'auteur n'est pas identifié. Le président ukrainien accuse la Russie d'avoir tiré des missiles sur la Pologne, ce que la puissance dément. L'Otan a réuni les ambassadeurs de l'alliance en urgence mercredi 16 novembre.

Selon l'organisation, « l'incident a été probablement causé par un missile de système ukrainien de défense anti-aérienne. » Le secrétaire général de l'Otan a dénoncé : « il faut être très clair : cet incident n'est pas la faute de l'Ukraine, la Russie porte la responsabilité alors que sa guerre illégale est toujours en cours. »

Le président polonais garde toute prudence et parle d'un probable « accident malheureux, hélas. » Le pays n'a pas activé l'article 4 du traité fondateur de l'Otan qui stipule que des consultations peuvent avoir lieu entre Alliés lorsque « l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de l’une des parties sera menacée. »

LES ARCHIVES.

Acteur majeur sur les questions de sécurité et de défense en Occident, l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan) a intégré la Pologne en 1999.  À la chute de l'URSS en 1991, la question de l'élargissement de l'alliance aux anciens pays satellites et membre du pacte de Varsovie, cette alliance militaire liée à l'URSS, était centrale dans les relations diplomatiques entre la Russie et l'Occident. 

La Pologne en particulier, fut le premier de ces états à entrer dans l'Otan, avec la Hongrie et la Tchéquie. Dès le sommet de Bruxelles en 1994,  son intégration est évoquée, comme le montre l'archive en tête d'article. « Plusieurs pays de l'ex-Europe de l'Est sont candidats, mais Boris Eltsine [Président de la Russie de 1991 à 1999, NDLR] a fait les gros yeux affirmant que ces adhésions des anciens pays satellites de l'URSS pourraient provoquer une "déstabilisation politique et militaire". »

Un enjeu majeur de sécurité

Le reportage suivait des militaires polonais en entraînement, qui s'inquiétaient de n'être intégrés à aucune alliance militaire d'ampleur : « après l'éclatement de cette pesante alliance [le pacte de Varsovie], les Polonais sont seuls, sans ennemis, mais inquiets. » Des soldats interrogés disaient leur désarroi : « il faut bien se préparer pour l'avenir », « ne pas avoir d'alliés nous pose des problèmes pour notre sécurité », « l'Europe n'est pas calme et c'est pour cela que nous nous efforçons de combler ce vide et de trouver des partenaires. »

Là-bas disait le journaliste, les Russes étaient considérés comme des impérialistes nés. Les Polonais s'attendaient à plus de fermeté des Occidentaux face à Boris Eltsine pour permettre leur intégration à l'Otan. Et pour cause, le journaliste poursuivait : « les dirigeants savent que seule l'entrée de leur pays dans l'Otan peut empêcher le retour d'une alliance imposée par les Russes. » L'inquiétude des Polonais était alors majeure, comme le montrent les témoignages ci-dessous.

1999, intégration dans l'Otan

Quelques années plus tard, l'entrée du pays dans l'Otan se concrétisa. En 1997, comme on l'entend sur l'archive ci-dessous : « l'Otan va donc s'élargir, mais dans un premier temps à trois pays seulement : la Pologne, la Hongrie et la République Tchèque. » En parallèle, l'Acte fondateur entre l'Otan et la Russie était signé. Cet accord de coopération avait pour but de garantir une paix durable en Europe. 

Et, finalement, en 1999, l'État intégra l'Alliance atlantique. « L'Otan avance à l'Est, c'est une première depuis 50 ans » entendait-on sur l'archive ci-dessous. Le secrétaire général de l'Otan se réjouissait de cette nouvelle : « Ces adhésions représentent plus que le 4e élargissement de l'Alliance atlantique, elles signifient aussi la fin définitive de la division de l'Europe », estimait le secrétaire général de l'Otan. En Pologne, cette intégration était ressentie comme « une adhésion définitivement à l'Europe. »

Les nouveaux à l'OTAN
1999 - 01:55 - vidéo

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.