Aller au contenu principal
22 septembre 1984 : François Mitterrand et Helmut Kohl scellent la réconciliation franco-allemande à l'ossuaire de Douaumont

22 septembre 1984 : François Mitterrand et Helmut Kohl scellent la réconciliation franco-allemande à l'ossuaire de Douaumont

Il y a 90 ans, le 8 août 1932, le président Albert Lebrun inaugurait l'ossuaire de Douamont, un monument édifié à la mémoire des soldats inconnus de la Grande Guerre. 52 ans plus tard, les deux chefs d'état français et allemand, scellaient la réconciliation des deux pays devant son catafalque.

Par Florence Dartois - Publié le 05.08.2022
 

En choisissant l'Ossuaire de Douaumont pour commémorer les 70 ans de la fin de la Guerre 1914-18, François Mitterrand et Helmut Kohl ne s'étaient pas trompés. Car ce lieu proche des champs de bataille de Verdun possédait une importance historique et revêtait une charge émotionnelle toujours intense.

L'ossuaire de Douaumont avait été inauguré officiellement le 8 août 1932 par le Président Albert Lebrun. Ce mémorial édifié à partir de 1920 était né de la volonté d'un évêque. Fin 1918, après l’Armistice, l’évêque de Verdun, Monseigneur Ginisty, s'était rendu sur les Champs de Bataille. Il y avait découvert l’horrible réalité de la guerre : des milliers de corps impossibles à identifier. Suite à cette macabre découverte allait naître chez lui l’idée de bâtir un sanctuaire pour entretenir la mémoire de ces soldats inconnus, qu'ils soient français ou allemands. C'était déjà un premier pas vers une réconciliation future.

En 1920, symboliquement, les deux premières pierres du futur monument étaient scellées par Monseigneur Ginisty, le maréchal Pétain et l’escadrille Lafayette. Un concours d’architecture pour la construction du monument était alors lancé et remporté par le bureau Azéma, Edrei et Hardy. L'ossuaire serait terminé en 1932. Le cloître, long de 137 mètres, est la partie centrale du monument. 22 alvéoles abritent les tombeaux représentatifs des 46 secteurs de combat de la Bataille de Verdun. Sous ces tombeaux reposent les 130.000 soldats non identifiés, recueillis sur les terres du champ de bataille après l’Armistice. Près de 4000 inscriptions recouvrent les murs et la voûte du cloître. On trouve aussi des milliers de pierres portant le nom de soldats français et allemands. Chaque nom appartient à un homme porté disparu sur les Champs de Bataille de Verdun. A chaque extrémité du cloître, une énorme vasque, dans laquelle se consume la flamme du souvenir lors des grandes cérémonies.

Main dans la main

Parmi les dates clés qui ont marqué l'histoire de l'Ossuaire, une en particulier est entrée dans les mémoires comme celle de la réconciliation symbolique franco-allemande : le 22 septembre 1984. Ce jour-là, au cours d'une cérémonie officielle, François Mitterrand et Helmut Kohl allaient réaliser un geste unique qui scellerait l'amitié des deux pays aux yeux du monde. C'est ce geste que montre l'archive en tête d'article. A l'extérieur de l'ossuaire, devant le catafalque recouvert des deux drapeaux, les deux leaders se recueillent alors que résonne la Sonnerie aux Morts. Puis vient l'hymne allemand, et enfin La Marseillaise. C'est ce moment que choisissent les deux hommes pour se prendre la main et rester immobiles, côte à côte, face au catafalque. L'intense émotion provoquée par ce geste fort de réconciliation est entré dans l’histoire.

Une journée de réconciliation

Dans l'archive ci-dessous nous vous proposons de retrouver un résumé en images de ce qui avait précédé cet instant exceptionnel. François Mitterrand et le chancelier allemand Helmut Kohl s’étaient retrouvés pour une longue journée de commémoration en hommage aux soldats tombés pendant la Première Guerre mondiale. Ils s’étaient d’abord rendus au cimetière allemand de Consenvoye qui abrite 11 000 soldats allemands. Pour la première fois, un détachement militaire allemand, sous commandement allemand, rendait les Honneurs en terre française. Puis une surprise attendait le président français avec la lecture de la citation « au sergent-chef François Mitterrand qui avait combattu près de la côte 304 en 1940 ».

Les deux leaders avaient ensuite survolés les lieux où le père du chancelier avait combattu en 1914. Puis les deux hommes s’étaient rendus à l’Ossuaire de Douaumont (130 000 Français et Allemands sont tombés devant Douaumont). En fin de journée, les deux leaders s'étaient rendus à un planté de 70 arbres symbolisant la réconciliation des jeunes générations pour le 70e anniversaire de la Grande Guerre. François Mitterrand en personne avait planté le 70e arbre, épilogue de cette journée riches en symboles et émotions.

Pour aller plus loin : 

Accéder au site officiel de l'Ossuaire de Douaumont

Ce documentaire retrace le déroulement de la bataille la plus sanglante de la Première Guerre mondiale : Verdun. Du 21 février au 19 décembre 1916, les armées allemandes et les armées françaises s’affrontent, enterrées dans leurs tranchées, sous un déluge d'obus. (Daniel Costelle, 1966, 1h20)

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.