Aller au contenu principal
Pour supporter la canicule, portons tous des robes ! 

Pour supporter la canicule, portons tous des robes ! 

La canicule atteint ce mardi 19 juillet les 40° dans plusieurs endroits du territoire français. Les Français suffoquent de chaleur, et rêvent de se rafraîchir. Et si la solution consistait pour les messieurs à endosser la robe, vêtement depuis longtemps attribué aux femmes, et que le couturier Jacques Esterel s'amusait à proposer aux hommes, en 1970 ?

Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.07.2022
Mode masculine chez Esterel - 1970 - 01:55 - vidéo
 

Incomparables années 1970 où les artistes et créateurs s'amusaient à explorer de nouvelles possibilités et à enfoncer un coin dans les valeurs traditionnelles des sociétés occidentales. C'est ainsi que le styliste Jacques Esterel présente en 1970 une collection unisexe qui comporte des robes chemises pour hommes.

Le 25 janvier 1970, le couturier est sur les Champs Elysées avec ses mannequins masculins, vêtus de longues robes filiformes, un événement filmé par les caméras de l'ORTF (dans l'archive placée en tête d'article) qui ne manque pas de créer un attroupement de passants. « La robe que je lance cette année, explique aux caméras Jacques Esterel, la robe pour l'homme, va du matin au soir avec ce que j'appelle une sumérienne, c'est une robe qui permet d'affronter toutes les circonstances de la vie, lorsque les présidents directeurs généraux consentiront bien entendu à accepter leur personnel comme ça. Les gens à convaincre sont donc les PDG. Je crois que je suis contre toutes les ségrégations, qu'elles soient la ségrégation de la couleur, du sexe. Je ne dis pas qu'il faut s'habiller comme ça, je dis : "on peut s'habiller comme ça". C'est ma résolution. »

Les passants qui observent, plutôt amusés, ce mini défilé urbain, ont des avis partagés sur cette proposition de mode. « C'est complètement ridicule » juge une femme, à qui ce style ne « plaît pas, absolument pas ». « Je suis un peu vieux, mais si j'étais plus jeune, oui » juge au contraire ce monsieur. « Mais c'est affreux, je ne voudrais pas m'habiller comme ça, pas du tout ! » juge un autre passant. Tandis que pour une passante, la robe pour hommes, « si on est habillés tous les deux pareils, pourquoi pas !» «De toute façon, ça a déjà existé la robe pour homme, c'est toujours un éternel recommencement la mode » s'exclame une autre femme.

Et finalement, le créateur lui-même porte t-il ses robes sumériennes ? A la question du journaliste, Jacques Esterel répond qu'il n'en a pas « encore le droit », mais que dans quelques jours il le pourra. « Enfin, vous savez, moi je suis aussi un peu comme Picasso, je ne ressemble pas forcément à mes tableaux » conclut-il.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.