Aller au contenu principal
Michel Subor en 1960 : « Jeune premier, ça ne veut rien dire »

Michel Subor en 1960 : « Jeune premier, ça ne veut rien dire »

Le comédien est mort le 17 janvier à l'âge de 86 ans. En 1960, le jeune acteur donnait une interview au journal télévisé, l'occasion d'évoquer sa formation de comédien, le début de sa carrière, et de réfuter l'image de « jeune premier ».

Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.01.2022
Interview de Michel Subor - 1960 - 03:14 - vidéo
 

Michel Subor est mort le 17 janvier, à l’âge de 86 ans, des suites d’un accident de voiture. C’est en 1955 que ce jeune acteur d’origine russe et azerbaïdjanaise fait ses débuts au cinéma, dans des petits rôles. En 1960, en pleine guerre d’Algérie, Jean-Luc Godard lui confie son premier grand rôle, celui d’un déserteur dans le film Le Petit Soldat, qui ne sortira, à cause de la censure, qu’en 1963.

Michel Subor tourne au cours de ces années 1960 pour de grands noms du cinéma, de François Truffaut, à qui il prête sa voix pour la voix du narrateur dans Jules et Jim (1961) à Alfred Hitchcock avec qui il tourne L’Etau en 1969, en passant par André Cayatte (La vie conjugale, 1964). Après une longue éclipse au cours des années 1990, Michel Subor tourne à nouveau à partir de 1999, notamment pour la réalisatrice Claire Denis (Beau travail, 1999 ; L’intrus, 2004 ; White Material, 2009 ; Les salauds, 2013).

Dans les archives de l’INA, nous avons retrouvé une interview de l’acteur en 1960, pour le JT de la RTF, dans laquelle il réfute énergiquement son statut de « jeune premier » et évoque sa formation et ses débuts de comédien.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.