Aller au contenu principal
Michel Rocard, le champion du 49.3

Michel Rocard, le champion du 49.3

Depuis les dernières législatives, Emmanuel Macron n’a plus la majorité absolue à l’Assemblée. Une situation rare dans la Ve République qui rend plus difficile l'adoption des lois. C'est pour cette raison que le gouvernement s'est servi à sept reprises de l’article 49 alinéa 3 de la Constitution afin de faire adopter ses projets de loi de Finances et de loi de financement de la Sécurité sociale. Le champion du recours à cet article fut Michel Rocard, qui, de 1988 à 1991, n’avait pas non plus de majorité absolue à l’Assemblée.

Par Romane Sauvage - Publié le 04.03.2020 - Mis à jour le 30.11.2022
Assemblée nationale 49-3 - 1988 - 02:29 - vidéo
 

L’ACTU.

Mercredi 30 novembre, Élisabeth Borne a utilisé pour la septième fois l’article 49.3 afin de faire passer le projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Ces recours ont eu lieu alors que depuis les élections législatives de juin 2022, Ensemble!, la coalition soutenant la politique d'Emmanuel Macron, n’a obtenu que 245 sièges, soit une majorité relative qui lui rend plus difficile le vote des lois. 

LES ARCHIVES.

« Malgré la richesse des échanges auxquels ce débat a donné lieu, des raisons, qui ne sont probablement pas absolument toutes liées à l'audiovisuel, ont conduit divers groupes à adopter une position de refus. Et les voilà qui convergent. J’entends donc que chacun prenne ses responsabilités, à commencer par moi, les miennes. » Le 15 décembre 1988, Michel Rocard, alors Premier ministre, engage pour la première fois la responsabilité de son gouvernement, en recourant à l'article 49 alinéa 3 de la Constitution. Lors des élections de 1988, l'exécutif n'avait obtenu, fait rare dans l'histoire de la Ve République, qu'une majorité relative à l'Assemblée. Comme pour Élisabeth Borne aujourd'hui, c'était une situation assez inconfortable pour le gouvernement Rocard puisqu'il avait alors des difficultés à faire adopter ses projets de loi. 

Ce premier recours eut lieu dans le cadre du projet de loi créant le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA, aujourd’hui fusionné dans l’Arcom). Un texte qui, au départ, se voulait consensuel. « L’audiovisuel qui devait être symbole de l’ouverture et du consensus, se révèle en fait être la pierre d'achoppement du gouvernement. L’opposition votera-t-elle pour autant la motion de censure, probablement pas », expliquait alors une journaliste.

28 recours au 49.3 dont 13 en une seule session parlementaire

Ce recours au 49.3 par Michel Rocard ne fut donc que le premier d'une longue série. À tel point que l’archive ci-dessous baptisait l’homme politique de « recordman en la matière », à l’inverse de François Fillon, Lionel Jospin et Jean-Marc Ayrault qui ne l’utilisèrent jamais. Entre 1988 et 1991, il engagea 28 fois la responsabilité de son gouvernement, soit plus d'un quart des plus de 90 recours au 49.3 effectués au cours de la Ve République. 5 motions de censure, seul moyen d'empêcher l'adoption de la loi en renversant le gouvernement quand sa responsabilité est engagée, furent déposées contre son gouvernement. Aucune ne fut adoptée. 

Article 49.3 : les précédents
2015 - 01:35 - vidéo

La réforme constitutionnelle de 2008 a réduit l'utilisation du 49.3 à un recours par session parlementaire, hors vote du budget ou projets de loi de financement de la Sécurité sociale. Cette disposition aurait posé problème à Michel Rocard, qui en 1989, avait utilisé 13 fois le fameux article en une seule session, dont au moins trois fois sur le projet de loi de programmation militaire 1990-1993. « Record battu » s'exclamait dans l'archive ci-dessous, un journaliste.

L'opposition y criait à l’abus, alors que Michel Rocard avait annoncé, avec un brin d'humour, l'engagement de la responsabilité du gouvernement : « pour la 13e fois au cours de cette session, sauf erreur de ma part - erreur qui a ce niveau-là serait d’ailleurs fort excusable - me voici amené à venir parmi vous tirer les conséquences de l’absence de majorité absolue au sein de cette assemblée... » Face à la bonne humeur affichée du gouvernement de l'époque, le journaliste concluait : « l'opposition, de la droite aux communistes, n’en dénonce pas moins ce qu’elle appelle le mépris dans lequel le gouvernement tient le parlement. »

Jean Poperen : le 49.3
1989 - 01:57 - vidéo

Contre l'obstruction parlementaire

Le Premier ministre utilisa le 49.3 principalement pour voter le budget, soit 12 fois au cours de la mandature. En dehors, de la création du CSA, ce furent notamment la loi de programmation militaire 1990-1993 et la réforme du statut de la régie Renault qui furent adoptées par 49.3.

Pour cette dernière, qui transforma Renault en société anonyme, le recours au 49.3 n’eut pas lieu pour abréger des débats ou résoudre un blocage législatif, mais pour contrecarrer une obstruction parlementaire. « Le premier ministre répond à la mitraille des 2000 amendements déposés par les communistes par l'artillerie lourde du 49.3 », expliquait l'archive ci-dessous avec une métaphore filée militaire. « C’est la première fois au cours de cette législature que nous sommes confrontés à une volonté délibérée d'obstruction, stérile par essence, qui nous vient du Parti communiste Français. (...) Qu’à cela ne tienne, vous êtes expert depuis quelques années dans l’art de choisir les mauvais combats, c’est vous que cela regarde », disait alors Michel Rocard avec un ton irrité.

49.3 Renault
1990 - 02:02 - vidéo

Loin des 28 recours au 49.3 de Michel Rocard, seul Édouard Philippe avait jusque-là utilisé cet article depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir. Depuis la mi-octobre, c’est donc au tour d’Élisabeth Borne d’y recourir.

Pour les créateurs de contenus

Vous souhaitez produire des contenus sur le recours à l'article 49.3 ? Des sélections de clips sont disponibles sur mediaclip, notre offre destinée aux créateurs de contenus.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.