Aller au contenu principal
11 septembre 1992 : évasion mortelle à la centrale de Clairvaux

11 septembre 1992 : évasion mortelle à la centrale de Clairvaux

Un fourgon pénitentiaire a été attaqué dans l'Eure mardi 14 mai alors qu'il transportait un détenu. Deux agents pénitentiaires ont été tués. La dernière fois qu'un tel événement s'est produit, c'était en septembre 1992. Ce jour-là, sept détenus s'évadaient de la prison de Clairvaux après une fusillade. Un surveillant et un détenu mouraient sur le coup.

Par Romane Laignel Sauvage - Publié le 15.05.2024
Evasion meurtrière de la prison de Clairvaux - 1992 - 00:00 - vidéo
 

« Madame, monsieur, bonsoir. Nouvelle évasion dans une prison française, la centrale de Clairvaux dans l'Aube. » Le 11 septembre 1992, l'évasion de plusieurs détenus de la prison de Clairvaux faisait deux morts, un gardien et un détenu. Un précédent à Clairvaux, réputée comme un « établissement d'où l'on ne s'évade pas ». Deux personnes étaient également prises en otage.

L'archive en tête d'article revenait sur les premiers éléments connus. Un groupe de détenus avaient réussi à dissimuler des armes dans la prison. À 16 h le 11 septembre, deux détenus prenaient en otage un gardien et échangeaient des coups de feu avec les surveillants. C'était là qu'un gardien et un détenu étaient tués. Un groupe de sept détenus fuit en direction de Dijon. « Au premier péage, ils prennent une caissière en otage ».

Le soir même, 200 gendarmes restaient mobilisés pour retrouver les fuyards et les deux otages étaient relâchés le samedi matin. Leur cavale dura entre une semaine et quelques mois selon les cas. Tous furent retrouvés. L'un d'entre eux, Dominique Deguis fut tué huit jours après son évasion. Les autres, tous issus du grand banditisme, comparaissaient en 1999, comme le racontait l'archive ci-dessous. Ils étaient condamnés à des peines allant de six à 20 ans.

En août 1992, un autre surveillant de prison, à Rouen, avait été tué par un détenu. Au lendemain de l'évasion de Clairvaux, c'était donc un long conflit social qui s'installait entre les surveillants de prison et l'administration. En 2024, de nouveau, les gardiens ont bloqué plusieurs prisons dès le mercredi 15 mai.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.