Aller au contenu principal
Master : 20 ans d'augmentation du nombre d'étudiants

Master : 20 ans d'augmentation du nombre d'étudiants

Depuis le 26 février, les étudiants peuvent déposer leurs vœux de master sur la plateforme dédiée, «Mon Master». Depuis la création de ce diplôme en 2004, le nombre d’étudiants obtenant un master a explosé, jusqu’à poser des problèmes de capacité d’accueil dans les universités.

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 26.02.2024
 

L'ACTU.

Jusqu'au 24 mars 2024, les étudiants peuvent déposer leurs vœux de master sur la plateforme dédiée. Depuis la création de ce diplôme en 2004, le nombre d’étudiants obtenant un master a explosé, jusqu’à poser des problèmes de capacité d’accueil dans les universités.

LES ARCHIVES.

Pour les étudiants en licence, il est l’heure de choisir son master sur la plateforme dédiée, « Mon Master ». Et chaque année, c’est la même inquiétude : trouver une place dans la filière choisie. Le Master, c’est un diplôme en deux ans qui amène à un niveau bac+5. Il n’a pas toujours existé et a été créé en 2004, avec l'avènement du système « LMD », pour « licence, master, doctorat ». Ce système remplaçait le DEUG et la maîtrise. « Maintenant, on s’inscrit en licence 1, c’est ce qu’on appelle le LMD, (licence master doctorat). Cycle licence en 3 ans, master en 2 ans, suivi d’un doctorat », précisait un JT à l'époque, une archive à découvrir dans le montage disponible en tête d'article.

L’objectif était d'harmoniser les diplômes au niveau européen et de créer un master, plus attractif pour les étudiants. En 2000, 56 000 étudiants étaient diplômés d’un bac+5. En 2010, ce nombre a presque doublé pour atteindre 103 400. Et en 2021, ils étaient 141 000 à être diplômés d’un master.

Nombre d’étudiants diplômés de Master (DESS / DEA avant 2004)

1990 : 36 600

2000 : 56 000

2007 : 94 000

2008 : 95 000

2009 : 97 000

2010 : 103 400

2017 : 130 700

2018 : 134 000

2019 : 134 000

2020 : 137 000

2021 : 141 000

Source : statistiques Insee sur l'enseignement supérieur.

Ce succès pose un problème, car les capacités d’accueil des universités n’arrivent pas à suivre. À chaque rentrée, c'est le même spectacle : des amphis surchargés, des TD bondés. Face à cet engorgement, en 2016, le gouvernement décide d’instaurer une sélection pour l’entrée en master. Une réforme qui laisse un certain nombre d'étudiants sans attribution. Des élèves au parcours pourtant exemplaires se voient ainsi exclus des études.

Les syndicats étudiants demandent donc chaque année l'ouverture de places supplémentaires. Les étudiants ont jusqu'au 24 mars 2024 pour déposer leur candidature.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.