Aller au contenu principal
Lorsque qu'EDF communiquait sur l'existence de fissures dans la centrale du Tricastin en 1979

Lorsque qu'EDF communiquait sur l'existence de fissures dans la centrale du Tricastin en 1979

Un ancien cadre d'EDF accuse le groupe d'avoir dissimulé des incidents de sûreté à la centrale du Tricastin. Cette centrale est la seconde à avoir débuté son activité en 1979. Dès sa mise en fonction, le personnel y décelait des petites fissures. Des équipes du journal de Antenne 2 avait pu y filmer.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 09.06.2022
Les fissures de Tricastin - 1979 - 04:25 - vidéo
 

A la suite d'une plainte d'octobre 2021 déposée par un ancien cadre d'EDF, le Parquet de Marseille vient de lancer une enquête sur des soupçons de dissimulation par le groupe d'incidents à la centrale du Tricastin dans la Drôme. Selon l'AFP, une information judiciaire contre X a été ouverte par le Pôle de santé publique de Marseille, visant une douzaine d'infractions au Code pénal et au Code de l'environnement pour des faits courant de début 2017 à fin 2021. Parmi les infractions figurent la « non-déclaration d'incident ou d'accident », la « mise en danger d'autrui », « faux et usage de faux », « déversement dans l'eau par violation manifestement délibérée d'une obligation de prudence d'une substance entraînant des effets nuisibles », ou encore « harcèlement moral ». Dans cette affaire, l'ancien cadre de la centrale sollicite le statut de lanceur d'alerte.

La centrale nucléaire du Tricastin se situe sur le Rhône, sur la commune de Saint-Paul-Trois-Châteaux, à 10 km de Pierrelatte, 28 km au sud de Montélimar et 50 km au nord d'Avignon. Elle est constituée de quatre réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 900 MWe chacun : les réacteurs 1 et 2, mis en service en 1980, constituent l’INB 87, les réacteurs 3 et 4, mis en service en 1981, constituent l’INB 88.

Déclaré d'utilité publique en 1975, dans le cadre du grand projet de nucléarisation civile lancée par l'Etat français en 1974, sa construction a débuté dès 1976. Dès 1979, des anomalies avaient été constatées, notamment des micro-fissures repérées dans des tubulures en acier inoxydable. Elles avaient été rendues publiques par les syndicats. Après celle de Gravelines, c'était la deuxième centrale dans laquelle on décelait des fissures, et l'inquiétude montait à quelques semaines de leur démarrage. 

C'est à cette occasion que des journalistes d'Antenne 2 avaient été autorisés à filmer sur place. Un reportage diffusé en longueur dans le journal de 20 heures de Patrick Poivre d'Arvor, le 25 octobre 1979. Il s'agissait d'une enquête exceptionnelle car il était rare que la Sécurité nucléaire autorise la sortie d'images d'installations stratégiques.

Au coeur du réacteur

Philippe Dumez, Alain Pagano et leurs équipes avaient ainsi pu pénétrer à l'intérieur d'une centrale nucléaire, juste avant le chargement de son combustible. Ils avaient été invités à suivre les différentes étapes du contrôle dans des zones d'accès très restreintes « pour en rapporter des images exceptionnelles » précisait le commentaire. Cette visite marquait la volonté d'EDF d'être complètement transparente sur les fissures découvertes et les éventuels risques encourus. Il s'agissait surtout d'une opération innovante de communication.

Dans la piscine d'un réacteur où travaillaient encore des ouvriers, le responsable du site, René Cousyn, rassurait sur la nature des fissures repérées. Il s'agissait ici de « micro-fissures de surface invisibles à l'oeil nu. » S'il se montrait rassurant, certains à l'époque critiquaient la qualité des contrôles sur site, qui ne pouvaient pas être, selon eux, aussi précis que ceux faits en usine. Les syndicats n'y voyaient qu'une base de départ pour la suite du suivi, dans le temps, de l'évolution de ces fissures.

Des fissures sous contrôle

Le constructeur des matériaux, Framatome, assurait lui avoir une parfaite connaissance et la maîtrise de ces problèmes. Dans la centrale, Jean-François Terrien, directeur de Framatome, répondait en personne à une interview. Il l'assurait, « ils savaient parfaitement déterminer la longueur de ces fissures ainsi que leur positionnement sur les pièces » et mettaient au point des méthodes encore plus perfectionnées pour l'analyse complète de la taille de ces fissures. Interrogé sur leur évolution future, le directeur affirmait que d'après leurs calculs, elles n'évolueraient pas dans le temps. Il ajoutait prudemment qu'ils seraient « néanmoins prêts » à continuer les contrôles. Les images montraient d'ailleurs un ingénieur prenant des mesures dans l'une des  tubulures fissurées. L'expérience métallurgique de Framatome semblait alors rassurante et le contrôle de suivi mis en place paraissait suffisant, tout au moins pour les 30 ans de durée de vie théorique d'un réacteur.

Le journaliste soulignait tout de même que Framatome avait modifié la nature de l'acier inoxydable utilisé pour ces cuves, qui semblaient bien être à l'origine des fissures. Les images montraient l'un des nouveaux revêtements en inox destinés à éviter la corrosion « dans les parties sensibles du circuit primaire », du coeur du réacteur jusqu'au générateur de vapeur.

Un dialogue ouvert

A l'époque, le commentaire précisait que pour EDF il n'y avait aucun danger mais que l'entreprise avait tout de même lancé des contrôles supplémentaires. René Cousyn, le directeur interrogé plus tôt, et responsable de l'aménagement de la centrale, confirmait cette bonne volonté et assurait que face à l'inquiétude du personnel, et dans « un souci de concertation », ils avaient engagé un dialogue dans le cadre des comités d'hygiène et de sécurité, afin de compléter l'information des personnels.

A EDF et chez Framatome, l'heure était à l'évidence à la transparence et au dialogue. Dans ce contexte positif, ils étaient même allés au-delà des demandes en lançant des investigations complémentaires pour rassurer les agents. L'objectif étant tout de même de rester dans les délais et de lancer le chargement de la centrale en combustibles nucléaires début novembre 1979, pour une fourniture des premiers kilowatts sur le réseau début janvier 1980.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.