Aller au contenu principal
"Les feuilles mortes" par Yves Montand

"Les feuilles mortes" par Yves Montand

Célébrons le centenaire de la naissance d'Yves Montand en musique avec l'une de ses plus belles chansons, écrite et composée par Jacques Prévert et Joseph Kosma.

Par Florence Dartois - Publié le 11.10.2021
Yves Montand "Les feuilles mortes" - 1964 - 03:17 - vidéo
 

Yves Montand a vu le jour le 13 octobre 1921 à Monsummano Terme en Italie. Les hasards de la vie le mènent en France où, à la fin de la guerre, sous la houlette d'Edith Piaf, il débute dans la chanson. A la même époque, le jeune premier engage, en parallèle du music-hall, une carrière au cinéma. Chanson et musique formeront désormais les deux piliers de son parcours. La chanson Les feuilles mortes représente l'un des grands succès d'Yves Montand, il aimait raconter qu'il l'avait créée .

A l'origine, il s'agissait d'une musique sans paroles, composée par Joseph Kosma pour un ballet de Roland Petit en 1945. L'année suivante, Jacques Prévert y adjoint un texte. La même année, quelques bribes de la chanson sont fredonnées par le personnage de Diego joué par Yves Montand dans le film Les portes de la nuit de Marcel Carné. Au fil des années, elle va devenir un véritable succès, repris par Juliette Gréco, mais aussi par Frank Sinatra ou Nat King Cole aux Etats-Unis, sous le titre de Autumn leaves.

En janvier 1964, dans l'émission de variétés "Panorama", Yves Montand interprétait cette chanson, devenue en 20 ans, l'un des titres emblématiques de la chanson française d'après-guerre.

"Oh, je voudrais tant que tu te souviennes

Des jours heureux où nous étions amis

En ce temps-là la vie était plus belle

Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui

 

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle

Tu vois, je n'ai pas oublié

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle

Les souvenirs et les regrets aussi

 

Et le vent du Nord les emporte

Dans la nuit froide de l'oubli

Tu vois, je n'ai pas oublié

La chanson que tu me chantais

 

C'est une chanson qui nous ressemble

Toi tu m'aimais, et je t'aimais

Nous vivions tous les deux ensemble

Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais

 

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment

Tout doucement, sans faire de bruit

Et la mer efface sur le sable

Les pas des amants désunis

 

La, la, la, la…

 

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment

Tout doucement, sans faire de bruit

Et la mer efface sur le sable

Les pas des amants désunis."

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.