Aller au contenu principal
Le métier de caissière est-il en voie d'extinction ?

Le métier de caissière est-il en voie d'extinction ?

Le groupe Carrefour a ouvert une première supérette sans caisses dans le 11e arrondissement de Paris. Après la multiplication des caisses automatiques, cette expérimentation est un nouveau coup dur les caissières. Ce métier, apparu en même temps que les hypermarchés, n’a cessé d’évoluer pour toujours plus de rapidité.

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 02.12.2021
Caissière, métier en voie d'extinction ? - 2018 - 02:58 - vidéo
 

Le groupe Carrefour a ouvert une première supérette sans passage en caisse dans le 11e arrondissement de Paris. Son principe est simple : les clients prennent les produits dans les rayons puis payent sur une tablette qui affiche instantanément la liste des marchandises. Il s'agit encore d'une expérimentation, le magasin a été équipé de 60 caméras pour suivre le parcours de la clientèle. Une caisse automatique a été conservée et quatre personnes assurent la fluidité du parcours et l'aide en cas de problème. Mais les caissières ont bel et bien disparu.

Ce métier, apparu en même temps que les hypermarchés, n’a cessé d’évoluer pour toujours plus de rapidité.

Rapidité et flexibilité

Ce métier très féminisé est né dans les années 1960 avec l’apparition des hypermarchés. Un métier chamboulé dès les années 1980 avec l'apparition du code-barre. Son objectif : réduire les files d’attente, mécaniser les gestes des caissières pour plus de rentabilité. Une automatisation du métier redoutée. Mais les directeurs des magasins de l’époque se montrent rassurants, à l'image de ce directeur de 1980 : "Je ne vois pas en quoi le progrès dans un domaine où de toute façon l’intervention  de la caissière est indispensable amènerait des licenciements."

Le progrès, la nouvelle technologie, l’innovation... Des arguments toujours mis en avant pour aller plus vite et pour pour que le client ne patiente pas en caisse. Les horaires mais aussi les contrats sont adaptés pour répondre aux heures de pointe. Résultat : 43% des caissières sont en temps partiel.. C’est bien au-dessus de la moyenne des Français qui est de 18%. 

De l'électronique à l'automatisme

Dès le milieu des années 90, sous prétexte de diminuer les files d’attente, le client devient lui-même caissier. Au début des années 2000, les caisses automatiques sont alors testées. Et là encore, les directeurs de magasins se veulent rassurants, à l'image de ce directeur, en 2007 qui affirmait : "Il n’y aura absolument aucune suppression d’emploi ni même de licenciement dans le cadre des déploiements des nouvelles technologies."

Pourtant les chiffres sont là. S'il y avait 221 000 caissiers en 2003, il n’y en avait plus en 2018 que 170 000. Une économie en terme de masse salariale pour les enseignes, mais un regret pour certains clients, comme ici en 2017 : "Le commerce c’est mieux d’avoir un contact c’est plus agréable qu’une machine. Moi j’aime bien avoir une caissière, j’aime bien déposer mes articles."

Outre Atlantique, depuis l'ouverture de son premier magasin sans caissier, en 2016, Amazon a déployé plus de 20 Amazon Go aux Etats-Unis et en a ouvert un à Londres, en mars 2021. Selon un rapport interne révélé par le site Business Insider le 11 novembre, il prévoirait d’installer 260 supermarchés sans caisse au Royaume-Uni au cours des trois années à venir. L'automatisme est en marche.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.