Aller au contenu principal
Le GHB, la drogue qui gangrène le monde de la nuit  

Le GHB, la drogue qui gangrène le monde de la nuit  

Avec le mouvement #Balancetonbar né en Belgique, et qui a fait des émules en France, une drogue a été remise sur le devant de la scène, le GHB, surnommée la drogue du violeur. Les témoignages de victimes se multiplient. Une drogue à laquelle le monde de la nuit fait face depuis plus de 20 ans.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 08.12.2021
 

Avec le mouvement #Balancetonbar né en Belgique, et qui a fait des émules en France, une drogue a été remise sur le devant de la scène, le GHB, la drogue du violeur. Les témoignages de victimes se multiplient. Une drogue à laquelle le monde de la nuit fait face depuis plus de 20 ans.

Une drogue redoutable car le GHB est difficile à détecter et est éliminée rapidement par l’organisme, expliquait-on en 2002 : « Ça ressemble à de l’eau. Inodore, légèrement salé. Une molécule utilisée comme anesthésique, devenue dans des mains criminelles un breuvage redoutable. » Au début des années 2000, cette drogue fait déjà  des victimes dans des soirées privées ou dans des boîtes de nuit. L’une d’elles porte plainte contre son agresseur. C’est la première affaire de viol, par soumission chimique, jugée en France en 2003.

L’impunité n’existe plus mais les agressions sous GHB continuent de faire des ravages. Car s’en procurer est très facile. Face à ces agresseurs, les patrons de bars et de boîtes de nuit multiplient la prévention. Autre technique : couvrir son verre. Mais garder un œil sur son verre, c’est encore aujourd’hui le meilleur conseil à suivre.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.