Aller au contenu principal
1976 : le coup de foudre de Georges Brassens

1976 : le coup de foudre de Georges Brassens

L'orage, aussi, parfois, c'est de l'amour. Comme avec Georges Brassens qui sur une rythmique simple et entrainante entonne «L’orage», un hymne à l’amour aussi intense qu’éphémère. 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 16.08.2022 - Mis à jour le 17.08.2022
Georges Brassens "L'Orage" - 1977 - 03:31 - vidéo
 

Paru en 1960 sur le disque «Les Funérailles d’antan», «L’orage» évoque le coup de foudre au sens propre comme au sens figuré. Georges Brassens chante là une histoire d’amour aussi intense qu’éphémère un soir d’orage entre un homme et sa voisine dont le mari est absent. Un éloge à l’amour impromptu magnifié par les rimes du Sétois.

Drôle, décalée et espiègle, la chanson est teintée de jeux de mots et de multiples références : mythologiques («Jupiter»), historiques («Benjamin Franklin», inventeur du paratonnerre), et même musicales puisque «les pays imbéciles où jamais il ne pleut» est une résonance directe «aux perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas» chantées par Jacques Brel dans «Ne me quitte pas».

En 1977, Georges Brassens interprétait «L’orage» sur le plateau de «Numéro un» en compagnie de ses musiciens. C'est cette archive que nous vous proposons de découvrir en tête de cet article.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.