Aller au contenu principal
Le collier de grand-croix : l'emblème de la fonction suprême présidentielle

Le collier de grand-croix : l'emblème de la fonction suprême présidentielle

La cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron se déroule ce samedi à 11h00. Cette cérémonie républicaine très protocolaire va se dérouler, comme il est d’usage, dans la salle des fêtes de l’Elysée. Elle devrait être plus sobre qu'en 2017.

Par Florence Dartois - Publié le 06.05.2022
Le collier de Grand Croix - 2012 - 02:07 - vidéo
 

La cérémonie d'investiture marque l'entrée officielle du vainqueur de l'élection présidentielle dans son mandat et dans ses fonctions de président de la République. Elle se déroule généralement après la passation de pouvoir avec le prédécesseur. Dans le cas d'une réélection, l'investiture apparaît d'avantage comme une formalité mais ne perd en rien de sa solennité. Tout comme les deux précédents présidents à avoir été réélu (François Mitterrand en 1988 et Jacques Chirac en 2002), l'investiture d'Emmanuel Macron devrait être de l'ordre de la sobriété, mais rester tout aussi protocolaire.

Comme il est d’usage, cette cérémonie très codifiée se déroule dans la salle des fêtes de l’Elysée selon un scénario immuable : le président du Conseil constitutionnel (Laurent Fabius) proclame officiellement les résultats de l’élection présidentielle, le président est ensuite reconnu comme grand maître de l’ordre de la Légion d’honneur, premier ordre national français. Il pose son seing sur le procès-verbal, et enfin prononce un discours d’investiture devant les personnalités invitées, dont les présidents des deux chambres du Parlement, en 2022 représentées par Richard Ferrand (Assemblée nationale) et Gérard Larcher (Sénat).

L'un des temps forts de cette cérémonie est sans doute, outre le discours, la remise du collier de grand-croix de la légion d'honneur par le grand chancelier, véritable moment d’adoubement et symbole de l'accession à la plus haute fonction de l'État. 

L'archive en tête d'article dévoile ce célèbre emblème républicain. Le reportage a été tourné juste avant l'investiture de François Hollande en mai 2012. A l'époque, le Général Jean-Louis Georgelin, grand chancelier de la Légion d'honneur ouvrait les portes du siège de la Légion d'honneur, situé à l'Hôtel de Salm, l'un des plus beaux palais de la République, face au musée d'Orsay, où était conservé le précieux bijou.

Le général expliquait qu'il aurait l'honneur, le lendemain, de présenter au nouveau président de la République ce collier, emblème suprême de la Légion d'honneur créée par Napoléon en 1802. Devant la caméra, dans son écrin rouge rubis, le collier en or massif scintillait de mille feux. Son poids : 952 grammes.

Remise ou présentation

Sur des images d'archives, le reportage précisait que cette tradition de remettre au cou du nouveau dirigeant de la France le prestigieux collier remontait à 1871, avec Adolphe Thiers. Une tradition reprise ensuite par la IVe République avec Vincent Auriol, puis René Coty et Charles de Gaulle, premier président de la Ve République.
En 1974, Valéry Giscard D'Estaing avait décidé de changer le protocole, en ne portant plus le collier, mais en se le faisant présenter par le grand chancelier.

Depuis cette date, le rituel est resté le même.Le nom de chaque président est gravé sur l'un des 16 maillons constituant le collier et représentant les grandes activités de la nation. Chaque nom est accompagné de la date de son investiture. L'entreprise Arthus-Bertrand, basée à Palaiseau est chargée de graver les noms. En 2017, « Le Parisien » avait pu entrer dans l'atelier et découvrir le collier avant son départ pour la cérémonie d'investiture du dimanche 14 mai. Une vidéo à découvrir ci-dessous.

L'adoubement républicain

Au moment de la présentation du collier le grand chancelier prononce toujours la même phras, une « formule rituelle inscrite dans le code de la Légion d'honneur», précisait le général Georgelin : « Monsieur le président de la République, nous vous reconnaissons comme grand maître de l'ordre national de la Légion d'honneur. »

En 2017, c'est au général Puga que revenait l'honneur de présenter le collier et de prononcer ces paroles à Emmanuel Macron. La veille, il dévoilait au JT de 13h00 de F2, la gravure du nom du nouveau président.

Ce rite a connu une seule exception. En 1981, lorsque le général Boissieu avait choisi de démissionner de ses fonctions de grand chancelier pour ne pas à avoir à présenter le collier à François Mitterrand.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.