Aller au contenu principal
C'est quoi « être citoyen » ? La réponse de Laurent Fabius en 1984

C'est quoi « être citoyen » ? La réponse de Laurent Fabius en 1984

« Un irresponsable n'est plus un citoyen ». Cette phrase d'Emmanuel Macron dans son entretien au « Parisien » a fait réagir. En 1984, la notion de citoyenneté était au cœur du débat politique avec la réintroduction de l’instruction civique à l’école.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 05.01.2022
Laurent Fabius sur l'instruction civique - 1984 - 01:27 - vidéo
 

Dans son entretien avec les lecteurs du Parisien paru le 5 janvier 2021, Emmanuel Macron a remis en cause la citoyenneté des non vaccinés provoquant une polémique. Il a notamment déclaré que les personnes non vaccinées étaient « irresponsables », ajoutant « quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen ».

Cette notion de citoyenneté était au coeur du débat politique et social en 1984. Cette année-là, le gouvernement de Laurent Fabius avait souhaité remettre de l’instruction civique à l’école dès la primaire pour développer l’apprentissage de la citoyenneté chez les plus jeunes. L'archive en tête d'article date du 23 novembre 1984. Laurent Fabius, alors Premier ministre, présentait les conclusions du colloque « Etre citoyen », consacré à cette question, devant les bancs de l'Assemblée nationale.

Face aux députés il donnait sa vision personnelle de ce que devait être un citoyen dans un monde en transformation : « Nous vivons beaucoup plus qu'une crise. Nous vivons un changement total, au sens étymologique, une mutation du monde. Cette mutation a des aspects moraux et civiques importants. La France n’y échappe pas. Mais dans cette mutation qui exige de la part de tous les responsables le langage de la vérité, les Français, s’ils sont bien formés, bien éduqués, ouverts à cet impératif qu’est l’Europe, portant partout les Droits de l’Homme, les Français disposent de réels atouts. A condition bien-sûr que nous croyons d’abord en nous-mêmes et dans notre pays.» Il concluait ainsi ses propos : « Cette conviction, c’est cela, à mon sens, d’abord, être citoyen. »

Un citoyen responsable

A partir de 1984, l’instruction civique était donc réintroduite à l’école primaire sous l’impulsion de Jean-Pierre Chevènement et de Robert Fabre, le Médiateur de la République.

Le reportage ci-dessous, avait été tourné en 1986 à Lille, à l’occasion d’un colloque régional intitulé : « Etre citoyen et pour un civisme vivant et quotidien ». Il présentait un microtrottoir sur la question. Dans la rue, les Lillois donnaient leur définition plutôt pragmatique des devoirs et responsabilités du citoyen. Pour ces badauds, être citoyen c'était avant tout : « remplir sa fonction d’homme », « avoir le droit de voter », « c’est décrit dans la Constitution : c’est le droit d’être électeur éligible et ça s’assortit du devoir de voter…», « c’est s’intéresser à la vie du pays ».

En classe, la notion de citoyenneté était encore un peu floue pour certains, bien qu'elle intégrait une notion étonnante de la responsabilité : « On fait la guerre pour être citoyen français », déclarait cet écolier interrogé sur la question.

En conclusion de ce reportage, Robert Fabre soulignait qu’être citoyen c’était intégrer le civisme dans chaque action quotidienne pour devenir un citoyen responsable. Il concluait : « Responsabilité et solidarité, ce sont les deux mots-clés du civisme. »

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.