Aller au contenu principal
La voiture diesel présentée comme économique en 1975

La voiture diesel présentée comme économique en 1975

A partir du 1er juin 2021, les voitures diesel d'avant 2006 sont interdites en journée dans l'ensemble du Grand Paris. Nous sommes loin des années 70 lorsque l'Etat et les constructeurs poussaient à l'achat de ces véhicules, jugés plus performants.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 01.06.2021 - Mis à jour le 01.06.2021

La voiture diesel présentée comme économique en 1975

A partir du 1er juin 2021, les voitures diesel d'avant 2006 sont interdites en journée dans l'ensemble du Grand Paris. Nous sommes loin des années 70 lorsque l'Etat et les constructeurs poussaient à l'achat de ces véhicules, jugés plus performants.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 01.06.2021 - Mis à jour le 01.06.2021
Voitures Diesel - 1975 - 02:39 - vidéo
 
Voitures Diesel - 1975 - 02:39 - vidéo

Une interdiction de circulation à Paris et sa petite couronne entre en vigueur le 1er juin pour tous les véhicules Crit'air 4 et 5, ainsi que les autos à essence d'avant 1997. Il leur sera désormais impossible de circuler entre 8H et 20H, sauf les jours fériés, dans un périmètre inclus à l'intérieur de l'A86 à Paris intra-muros. C'est un nouveau pas crucial vers l'éradication totale des véhicules légers roulant au diesel. Une politique qui tranche avec celle pratiquée au milieu des années 70 comme le montre la vidéo en tête d'article.

A l'époque au contraire, l'Etat et les marques automobiles encourageaient l'achat de véhicules diesel, présentés comme économiques et solides. Ils étaient fortement conseillés aux gros rouleurs. En octobre 1975, Citroën lançait, après Peugeot, une auto diesel sur le marché. Un lancement présenté alors comme un pari car seuls 3% des Français roulaient alors avec ce carburant. Les utilisateurs étaient surtout des professionnels, 64% des chauffeurs de taxis l'utilisaient pour son moindre coût, ce que confirmait ce chauffeur : "D'après mes calculs, ça revient au tiers de la valeur normale en essence.

La voiture diesel, un marché en expansion

Plus chère de 20% à l'achat,la voiture diesel restait économique. Le reportage du JT d'Antenne 2 confirmait cet aspect par un test réalisé sur route : "sur 100 km, pas de surprise, la diesel est moins nerveuse, roule moins vite mais est-ce un handicap à l'époque des limitations de vitesse ?" La consommation du moteur était la même que pour un modèle essence, la seule différence c'était le prix attractif de ce carburant présenté comme séduisant : "11 francs contre 17 francs." Sur les routes, les stations essence s'équipaient de "pompes à gas-oil" comme le confirmait ce pompiste. Les moteurs diesel étaient présentés comme plus solides, à l'entretien moins coûteux. Les seuls désavantages pointés du doigt par Jacques Wolgensinger, directeur des relations publiques chez Citroën, c'était de faire de bruit, d'offrir moins de confort et de vibrer assez fort. Il n'était nullement question à l'époque de pollution aux particules fines et les véhicules diesel bénéficiaient même de 10% d'économies sur les primes d'assurance.

Après des années de valorisation de la part de l'Etat et des constructeurs, l'hégémonie des véhicules roulant au diesel semble proche de s'achever. Les automobiles en infraction risqueront désormais une amende de troisième classe, soit 68 euros. Cette interdiction sera bientôt étendue aux autres vignettes : les véhicules classés Crit'Air 3 seront concernés dès juillet 2022 et les Crit'Air 2 en janvier 2024.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.