Aller au contenu principal
La mort de Romain Bouteille, co-fondateur du célèbre Café de la gare de Paris

La mort de Romain Bouteille, co-fondateur du célèbre Café de la gare de Paris

L'homme de théâtre, mort lundi 31 mai à l'âge de 84 ans, aimait dire que son métier, c'était "90% de bricole". A l'image de ce qu'est un café-théâtre.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 01.06.2021 - Mis à jour le 01.06.2021

La mort de Romain Bouteille, co-fondateur du célèbre Café de la gare de Paris

L'homme de théâtre, mort lundi 31 mai à l'âge de 84 ans, aimait dire que son métier, c'était "90% de bricole". A l'image de ce qu'est un café-théâtre.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 01.06.2021 - Mis à jour le 01.06.2021
Romain Bouteille - 1990 - 02:55 - vidéo
 
Romain Bouteille - 1990 - 02:55 - vidéo

Romain Bouteille, co-fondateur notamment avec Coluche du célèbre Café de la gare parisien, est décédé lundi 31 mai à l'âge de 84 ans. Né en 1937, il fut une figure des débuts du café-théâtre en France. "Ma vocation artistique s'est dessinée vers 1955 sous l'angle : trouver un job qui permette de se lever à n'importe quelle heure et ne suppose ni diplôme, ni réel travail, ni obéissance," racontait-il en 2005. 

Le Café de la gare, "premier et dernier théâtre en anarchie réelle" selon Romain Bouteille, a ouvert en juin 1969 dans les locaux d'une ancienne usine près de la gare Montparnasse. L'équipe rassemble autour de Romain Bouteille et du jeune Michel Colucci, dit Coluche une bande d'aspirants comédiens, dont bon nombre connaîtront le succès, à l'image de Miou-Miou ou Patrick Dewaere. Devenu trop petit, le théâtre déménage en 1972 dans un local plus vaste dans le quartier du Marais, tout en conservant le nom. Le Café de la gare accueillera aussi les premiers pas sur les planches de Gérard Lanvin, Renaud, Anémone, Josiane Balasko ou encore Michel Blanc.

"Je n'ai pas à obéir"

Dans l'archive en tête de cet article, on retrouve Romain Bouteille en 1990, toujours fidèle à son café-théâtre. "Je n'ai pas à obéir, et je n'ai pas à attendre", dit-il pour justifier sa fidélité à ces planches-là, par opposition aux sirènes du cinéma qui ont emporté ses anciens camarades. Il ne mâche pas ses mots. "J'ai laissé le cinéma à ceux qui supportent, celui qui est au poste, celui qui se croit responsable des autres, alors il se fait becqueter". Il estime même que Gérard Depardieu, ancien du Café de la gare, au-delà d'être fabuleux, a été bouffé au détriment de son énergie.

Son énergie à lui, Romain Bouteille l'investissait notamment pour bricoler son théâtre. "S'il n'y a pas au moins deux ou trois personnes qui travaillent là l'après-midi, le théâtre, il pourrit littéralement (...) c'est vrai, il y a 90% de bricole, je n'ai jamais aimé les spécialistes", disait-il.

Pour aller plus loin : 

Romain Bouteille en 1970 explique comment les comédiens travaillaient ensemble de manière collaborative au Café de la gare.

Les 30 ans du Café de la gare.

Une pièce écrite et jouée par Romain Bouteille est disponible sur madelen, le site de streaming de l'INA.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.