Aller au contenu principal
Paul Quilès, fidèle de François Mitterrand dès la campagne de 1981

Paul Quilès, fidèle de François Mitterrand dès la campagne de 1981

Plusieurs fois ministre socialiste dans les années 80 et 90, notamment de la Défense, Paul Quilès est mort vendredi 24 septembre à l'âge de 79 ans.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.09.2021
Portrait de Paul Quilès - 1983 - 01:22 - vidéo
 

Paul Quilès, figure du Paris socialiste, est mort vendredi 24 septembre à l'âge de 79 ans. Yeux bleus perçants et sourire rare, ce polytechnicien à l'allure stricte a été plusieurs fois ministre (Intérieur, Logement, Défense) dans les années Mitterrand. Son ascension politique a pris un véritable essor en 1981, quand il en est devenu son directeur de la campagne présidentielle jusqu'à la victoire. Fidèle lieutenant du président socialiste, il fut, toute sa vie, un responsable politique modéré.

Dans l'archive en tête de cet article, on découvre un portrait de celui qui venait d'être nommé ministre de l'Urbanisme et du Logement. "Devenu numéro 3 du Parti socialiste, il se signale comme un dur lors du congrès de Valence", apprend-on dans le commentaire de ce reportage diffusé en octobre 1983. Illustration ci-dessous avec cette polémique après des propos, exploités par la droite, sur la nécessité de "faire tomber des têtes", une fois la gauche arrivée au pouvoir.

Congrès de Valence
1981 - 00:33 - vidéo

En octobre 1981, lors du congrès socialiste de Valence, Paul Quilès lance, évoquant la haute administration : "Il ne faut pas se contenter de dire de façon évasive, comme Robespierre (...) en 1794 : 'Des têtes vont tomber'. Il faut dire lesquelles et le dire rapidement !". La droite s'indignera contre celui qu'elle va surnommer dès lors "Robespaul", argument largement utilisé contre lui en 1983 quand il briguera, en vain, la mairie de Paris contre Jacques Chirac.

Pour un monde plus sûr

Il ne restera pas longtemps au Logement, étant promu en 1984 au Tourisme. Puis de septembre 1985 à mars 1986, il succèdera au ministère de la Défense à Charles Hernu, contraint de démissionner à la suite de l'affaire du "Rainbow Warrior", nom du navire de Greenpeace saboté par les services secrets français en Nouvelle-Zélande. On le retrouve plus tard ministre des Postes et de l'Espace dans le gouvernement Rocard (1988-91). Il est ensuite à nouveau nommé au Logement (et aux Transports), avant d'obtenir le portefeuille de l'Intérieur, en 1992-93.

Maire de Cordes-sur-Ciel (Tarn) de 1995 à 2020, élu au premier tour lors de quatre mandats consécutifs, il a été député à plusieurs reprises, à Paris puis dans le Tarn, où naquit Jean Jaurès.

En 2013, il était l'invité de l'émission "Des mots de minuit" pour la promotion de son livre Arrêtez la bombe. Ce père de trois enfants était le président de l'organisation "Initiatives pour le désarmement nucléaire", visant à "l'édification d'un monde plus sûr". Il avait écrit, seul ou en collaboration, deux autres ouvrages sur la question, Nucléaire, un mensonge français, et L'illusion nucléaire.

Paul Quilès dans "Des mots de minuit" en 2013.

Pour les créateurs de contenus

L'équipe de médiaclip, une offre de l'INA pour les pros, a sélectionné plusieurs archives de Paul Quilès, réunies dans un dossier.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.