Aller au contenu principal
La mort d'Hubert Germain, dernier compagnon de la Libération

La mort d'Hubert Germain, dernier compagnon de la Libération

Le résistant est mort à l'âge de 101 ans. Emmanuel Macron a salué une "figure de proue de la France libre". 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 12.10.2021
Portraits des Compagnons de la Libération - 2016 - 03:23 - vidéo
 

Il était le dernier à pouvoir témoigner de l'horreur de la Seconde guerre mondiale et du Débarquement. Hubert Germain, qui était le dernier compagnon de la Libération encore en vie, est mort à l'âge de 101 ans, a annoncé mardi 12 octobre la ministre des Armées Florence Parly.

Ancien député gaulliste et ministre de Georges Pompidou, Hubert Germain avait fêté le 6 août son 101e anniversaire. Fils d'un général des troupes coloniales, il passait le concours d'entrée de l'école navale à Bordeaux au moment de la débâcle du printemps 1940. "Au bout de cinq minutes, je me suis dit : 'Mais qu'est-ce que tu fais là ?'", expliquait-il en 2018 à l'AFP. "Je me suis levé en disant à l'examinateur : 'Je pars faire la guerre'".

Il embarque à Saint-Jean-de-Luz, à bord d'un navire transportant des soldats polonais à destination de l'Angleterre et arrive à Londres le 24 juin 1940. Comme on le voit dans l'archive ci-dessus, il intègre la Légion étrangère et combat en Syrie, en Libye où il est engagé dans les combats de Bir Hakeim, en Egypte, en Italie, en Provence, dans les Vosges et en Alsace. Il est blessé et décoré par le général de Gaulle fin juin 44 en Italie.

"Un siècle de liberté"

Seules 1038 personnes, dont six femmes, ont reçu le titre de compagnon de la Libération. En tant que dernier de ses représentants, Hubert Germain sera inhumé au Mont Valérien, principal lieu d'exécution des résistants durant la Seconde Guerre mondiale. Le président Emmanuel Macron présidera la cérémonie d'inhumation le 11 novembre à l'Arc de Triomphe et au Mont Valérien, a annoncé l'Élysée. Une cérémonie aux Invalides aura lieu avant cela.

Le chef de l'Etat a salué sa mémoire en ces termes : "il a vécu et incarné un siècle de liberté". Emmanuel Macron ajoute que "Georges Pompidou disait de lui qu’il était « un roc », car jamais les coups de boutoir de l’histoire n’avaient pu ébranler ni même éroder sa force d’âme."

Dans le communiqué de l'Elysée, "le Président de la République et son épouse s’inclinent devant la vie de cette figure de proue de la France libre". 

La Croix de la Libération distingue les pionniers de la Résistance : une vidéo proposée et contextualisée par Lumni enseignement.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.