Aller au contenu principal
« La forêt » de Notre-Dame, une charpente inestimable

« La forêt » de Notre-Dame, une charpente inestimable

Lors de l'incendie du 15 avril 2019, la toiture de Notre-Dame partait en fumée. Surnommée « la forêt », la charpente était l'une des plus anciennes de France, abritant le bourdon « Emmanuel », épargné dans la catastrophe.

 

Par Jérémie Gapin - Publié le 16.04.2019 - Mis à jour le 16.03.2022
La charpente de Notre Dame - 2013 - 02:45 - vidéo
 

Lors de l'incendie du 15 avril 2019, la toiture de Notre-Dame partait en fumée. Surnommée « la forêt », la charpente était l'une des plus anciennes de France, abritant le bourdon « Emmanuel », épargné dans la catastrophe. Certaines parties de la charpente étaient vieilles de plus de 800 ans. Dès l'élévation du choeur, vers 1170, une première charpente avait été posée, composée de bois datant du 9ème siècle. Elle était surnommée « la forêt » en raison de son enchevêtrement de poutres en bois de chêne.

Le reportage en tête d'article dans l'émission «Des racines et des ailes», en 2013, dévoile la splendeur de ce lieu crucial. Benjamin Mouton, architecte en chef des Monuments historiques fait la visite et explique sa spécificité : « Par un assemblage très astucieux et dans la tradition de la grande charpenterie, ils ont réussi à croiser deux pièces de bois sans les interrompre. C'est-à-dire assurer la continuité des fibres et des structures aussi bien à la compression qu'à la traction. Et ça, c'est partout ! » 

D'une longueur de 100 mètres, la toiture de la nef était jusque-là parvenue a échapper à toutes sortes de désastres possibles ( guerre, incendie). Rénovée par l'architecte Eugène Viollet-le-Duc au 19ème siècle, elle suscitait toujours autant d'admiration de la part des charpentiers d'aujourd'hui. « On travaille avec respect et déférence par rapport à la vieille dame, y toucher le moins possible et faire aussi bien que les anciens », déclarait l'un deux admiratif, en 2013.

Pour restaurer une charpente vieille de plusieurs siècles, les technologies modernes n'étaient pas forcement nécessaires mais préférables d'après Benjamin Mouton : « Il est évident que dans des cas de figures comme celui-ci, l'utilisation de ces techniques traditionnelles est la plus appropriée. On ne fait appel aux techniques modernes que dans le cas où les techniques traditionnelles ne sont pas satisfaisantes. » 

Le commentaire de la journaliste rappelait alors que « malgré le temps, malgré les changements de climat, Notre-Dame est une cathédrale solide, saine et résistante et qu'elle réussit avec aisance son entrée dans le 21ème siècle. »

Six ans plus tard, le lundi 15 avril 2019, la cathédrale Notre-Dame allait être ravagée par les flammes en quelques heures seulement. Nul doute que ce joyau de l'architecture française se dressera à nouveau face à son parvis. D'ailleurs un appel a rapidement été lancé à tous les propriétaires de forêts pour recenser les 1000 grands chênes qui seront utilisés pour rebâtir la charpente et réédifier une nouvelle forêt. Le bois utilisé pour la restauration de « la forêt » sera lui aussi centenaire.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.