Aller au contenu principal
La finlandisation, un concept en perdition

La finlandisation, un concept en perdition

Mercredi 1er mars, le parlement finlandais s'est prononcé en faveur de l'adhésion du pays à l'OTAN. Une révolution, car depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la Finlande avait une neutralité active. Un concept plus connu sous le nom de «finlandisation».

Par la rédaction de l'INA - Publié le 27.06.2022 - Mis à jour le 01.03.2023
La finlandisation, un concept en perdition - 2022 - 02:55 - vidéo
 

L'ACTU.

Mercredi 1er mars, le parlement finlandais s'est prononcé en faveur de l'adhésion du pays à l’Otan. « La guerre russe contre l'Ukraine est un tournant pour l'Europe entière, cela a profondément changé l’environnement sécuritaire européen tout comme notre perception de la Russie, la confiance est perdue pour des générations. » En mai 2022, quelques jours après la demande d’adhésion de la Finlande à l’Otan, la première Ministre Sanna Marin avait enfoncé le clou. Une petite phrase qui enterrait près de 75 ans de relations de neutralité avec Moscou.

LES ARCHIVES.

Depuis 1948 et la signature d’un traité d’amitié et de coopération avec la Russie, la Finlande avait la garantie de rester libre et souveraine. Une sécurité à quel prix ? Une neutralité imposée, certains politologues parlaient même de vassalisation, mais le concept allait avoir un nom : la finlandisation. Et selon les Finlandais, leur position géographique ne leur permettaient pas d’autres choix.

À la chute de l’URSS, la Finlande respira un peu. Elle afficha sa volonté d'intégrer l'Union européenne. Une mauvaise idée pour certains, synonyme de provocation à l’égard du géant Russe. Malgré la réticence d’une partie de la population, en 1995 la Finlande avait rejoint l'Union Européenne.

Et dès les premiers discours, le voisin russe n'était pas oublié. Mais quand en 2016, la Finlande laissa entendre qu’elle pourrait rejoindre l’Otan, Vladimir Poutine menaça : « Pensez-vous que nous allons continuer ainsi, que nous garderons nos troupes à 1 500 kilomètres de la frontière ? » Malgré ces menaces, l’invasion en Ukraine a été l’élément déclencheur. La Finlande a rompu avec sa neutralité en soutenant Kiev et en affichant sa volonté de rejoindre l’Otan.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.