Aller au contenu principal
La cassette audio, symbole d'une époque

La cassette audio, symbole d'une époque

Vous en avez peut-être une qui traîne au fond de votre tiroir : la cassette audio. Elle fait son retour en France. La maison de disques Universal a même réédité des compilations de chansons françaises en K7. Ce support est apparu dans les années 60 en France et il a connu un franc succès.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.05.2022
La cassette audio, symbole d'une époque - 2022 - 02:28 - vidéo
 

Si vous avez moins de 30 ans, la K7 ne vous dira probablement rien ! La K7 audio arrive en France dans les années 60. Et c’est une révolution ! Imaginez : écouter son artiste préféré dans sa voiture, c’était tout nouveau à l’époque, comme l'explique cet homme interviewé sans sa voiture en 1969 : « Si vous voulez entendre en voiture un programme stéréo, il suffit d’appuyer sur la cassette, et c’est le premier acte de la Valkyrie… »

A partir des années 70, la K7 audio se démocratise. Plus pratique, plus légère et solide que le vinyle, elle le supplante peu à peu. On la vend partout, même dans cette station service, en 1975. Les meilleurs ventes sont alors les « derniers succès, les groupes anglais. »

En plus, il est même possible d’enregistrer ses propres compils. A partir de 1979, le succès de la K7 audio s’amplifie encore plus. Notamment grâce à l’arrivée d’un petit bijou technologique, présenté par Antenne 2 dans cette archive de 1981 : « Vous avez sûrement croisé au détour d’une rue un de ces personnages bizarres coiffés d’un drôle de casque. Il ne manque que les antennes pour évoquer une autre planète. Mais n’ayez pas peur, ils ont simplement un walkman. » Le walkman, c'est-à-dire, en français, le baladeur à cassettes. Avec lui, plus besoin de rester chez soi pour sortir ses K7 !

A partir de la fin des années 80, la K7 audio est sur le déclin. Le CD la remplace petit à petit. Mais elle n’a pas dit son dernier mot ! 30 ans plus tard, elle connaît une seconde jeunesse en France. Certains artistes sortent même leur album en K7, notamment en raison de la qualité audio. Comme le groupe Indochine en 2017. Sur le plateau du 20h de TF1, la journaliste Anne-Claire Coudray commentait ainsi : « Je voulais montrer à nos téléspectateurs que vous aviez sorti votre dernier album sur une bonne vieille K7 avec un bon vieux walkman. » Réponse de Nicola Sirkis, leader du groupe Indochine : « C’est parce que le son est bien ! Maintenant on écoute sur le téléphone mais le son est super bien. »

Pour répondre à la demande, une entreprise normande a même décidé de reprendre la production de K7. C’est l’une des deux usines dans le monde à le faire, et la seule en Europe.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.